Ibrahima Diallo :《 tout le monde a su que c’est le gouvernement qui interdit》

Ce jeudi 05 mars 2020, le front de national pour la défense de la constitution,  comptait organiser une marche pacifique, avec pour objectif de mobiliser 2 millions de guinéens dans les rues de Conakry. Cette marche n’ayant pas été autorisée par les autorités,  il a décidé de transformer la journée en une résistance active.

Le chargé des opérations,  Ibrahima Diallo , rencontré à son domicile , en marge de cette journée de résistance active a expliqué ce qui a motivé ce changement à la dernière minute.
《Nous avons adressé des courriers aux trois mairies des trois communes traversées par cette manifestation pacifique. En retour,  les secrétaires généraux des différentes communes, ont envoyés courriers au niveau du gouvernorat de la ville de Conakry.  Le gouverneur n’étant pas disposé à donner une suite à la demande,  il a lui-même transféré les courriers au ministre de l’administration du territoire et la décentralisation.  Le ministre aussi s’est référé à  Alpha Condé pour la suite à donner à cette demande de manifestation.  La réponse à été non! C’est pourquoi des lettres ont été rédigées au ministère avec le même contenu et arguments pour interdire la marche.》
Selon ce chargé des opérations,  le FNDC étant un mouvement citoyen qui ne prône pas la violence, bien que le gouvernement prend du plaisir à arrêter les paisibles citoyens,  les assassinés, 《 nous avons décidé de transformer cette journée de marche à une journée de résistance citoyenne.  Conformément à l’article 21 de la constitution alinéa 4 qui donne le droit à chaque citoyen de résister face à  l’oppression.》
 Pour Ibrahima Diallo,  ce qu’il faut condamner encore une fois, c’est que le gouvernement guinéen a toujours vendu l’argument qui consiste à faire  croire aux diplomates, à  l’internationale que le FNDC organise des marches 《illégales,  qu’il ne respecte pas la loi.  Aujourd’hui,  à la face du monde entier,  tout le monde a su que c’est le gouvernement qui interdit et qui continu à interdir systématiquement  les manifestations pacifiques demandées par les paisibles citoyens,  en violation flagrante de l’article 10 de la constitution guinéenne.》
Par conséquent, cet opposant  à toute modification de la constitution guinéenne , précise qu’en tant FNDC《 nous demandons aux citoyens de continuer la résistance active et permanente. Nous allons nous retrouver demain pour donner la suite de nos actions pour la semaine prochaine.》
Il faut noter que même si cette marche a été interdite dans la capitale Conakry,  des antennes du front basées à l’intérieur ont manifesté dans plus endroits
Said gaya,pour flashguinee.info