Guinée : Un Etat s’en fiche de la souffrance du peuple de Guinée ( par Aly Badara Akila )

L’État guinéen montre toujours son incapacité envers le peuple de Guinée. Cet état avec cette crise sanitaire, n’a vu aucun argument pour venir en aide le peuple de Guinée. La souffrance, la galère et le problème de transport particulièrement pour les étudiants chercheurs est devenu un casse-tête.

L’État a montré tout son insouciance envers le peuple de Guinée. Cette irresponsabilité ne doit pas partir sans qu’on n’ait un mot à dire. Les citoyens en profitent peu, ils ne font qu’à leur tête et sont devenus méchants alors qu’ils sont là pour ce peuple. Un état qui préfère qu’il y ait des jets de pierres pour se décider. Ils se taisent alors que le peuple est en train de mourir de faim, du problème de transport et même pour diminuer le prix du pétrole est devenu satané.

Ils viendront avec des arguments et le seul bilan pour eux, c’est le troisième mandat et c’est là-bas que l’argent coule. Rien que ça ! Le peuple souffre, le peuple souffre mais est aussi responsable de ce qui lui arrive et il est même incapable de se tenir pour que ça change. Le peuple est responsable de ce qui l’arrive aujourd’hui. Au-moins, qu’Alpha Condé pense a la souffrance du peuple. Cet état s’en fiche de la souffrance du peuple. 

C’est un débat qui ne doit même pas existé. Nous avons bien raison de poursuivre nos dirigeants actuels, voir même passés pour avoir omis de prendre des décisions importantes, à un moment où ils auraient dû pourtant les prendre. Et, si oui, qu’elle sanction devrait alors pouvoir s’appliquer à eux ? Je n’aime pas cette attitude du gouvernement d’Alpha Condé. On veut juger les hommes sans aucun égard pour la finitude. Elle nous fait oublier que nous sommes des hommes. Mais, ce n’est pas parce que les gouvernants sont des êtres humains, marqués par aisance, par leur finitude, que l’on doit s’abstenir de les juger, lorsqu’il y’a faute commise par eux, proportionnellement a la gravité de celle-ci.

Seuls dans les pays autoritaires et totalitaires que les citoyens n’ont pas les moyens de contrôler ou de sanctionner leurs dirigeants. En tout cas, comme j’aime me l’apprendre, s’il ne faut certes pas tomber dans l’hystérie d’une chasse aux sorcières permanentes, les citoyens qui vivent dans un régime démocratique ont le droit de demander à leurs dirigeants de rendre des comptes, de même qu’ils peuvent exiger, le cas échéant, que ces dirigeants payent les fautes qu’ils ont pu commettre. Lorsqu’une société privée, par exemple une compagnie minière est responsable d’une catastrophe écologique comme une marmite blanche, nous nous précipitons tous pour exiger de cette société privée en Guinée qu’elle paye très cher pour les dommages causés.

Et, s’il y’a lieu, les dirigeants d’une entreprise privée peuvent être poursuivis au pénal. Alors pourquoi n’en serait-il donc pas de même de l’État et de ses dirigeants politiques ? Pourquoi cet état est insoucieux ? Pourquoi il ne pense pas à la souffrance de sa population ? C’est simple ! La réponse est que le peuple est aussi victime de son insouciance. L’intérêts égoïstes de nos cadres, ils ne payent pas de l’essence et ont des enfants qui n’en achètent pas. Qu’elle méchanceté, qu’elle ignominie ? Ils sont vraiment méchants et le peuple est celui qui se victimise beaucoup. 

Quand vous avez un peuple aussi perdu, vous serez capables même de lui couper la tête et aussi l’appauvrir pour qu’il dépend de vous. 

Aly Badara Akila, journaliste panafricain !!! 

(+224) 662519697 (+224)625406393 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies