Info d'ici et d'ailleurs

Guinée: la répression implacable de l’opposition (Human Rights watch)

Alors que le président guinéen Alpha Condé se prépare à être assermenté pour un troisième mandat controversé le 15 décembre, de nombreux chefs de file de l’opposition, partisans et autres personnes perçues comme proches de l’opposition sont enfermés, faisant face à ce qui semble être des accusations à motivation politique.

Les jours qui ont suivi l’élection présidentielle du 18 octobre ont été marqués par la violence intercommunautaire et les forces de sécurité ont utilisé une force excessive pour disperser les manifestations menées par l’opposition, faisant au moins 12 morts. Le 31 octobre, le procureur de la cour d’appel de Conakry, la capitale, a annoncé que 325 personnes avaient été arrêtées en lien avec les violences post-électorales.

Pourtant, il semble que la grande majorité des personnes arrêtées aient été ciblées simplement en raison d’une affiliation politique connue ou soupçonnée, ou parce qu’elles se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Human Rights Watch s’est entretenu avec cinq avocats, représentant les personnes détenues, qui ont déclaré que les arrestations étaient souvent arbitraires, menées lors de fouilles abusives de porte à porte la nuit dans des zones considérées comme des bastions de l’opposition. «Les forces de sécurité ont pénétré par effraction dans des dizaines de maisons, ont utilisé une force excessive pour arrêter des personnes, ont pillé des objets et battu des personnes», a déclaré Thierno Souleymane Balde, l’un des avocats.

Les personnes arrêtées, dont 11 enfants, ont été détenues à la prison centrale de Conakry et inculpées de divers crimes, notamment l’insurrection, la destruction de biens et la possession et la fabrication illégales d’armes à feu. Parmi les personnes arrêtées, on trouve quatre dirigeants de l’Union des forces démocratiques de Guinée, principal parti d’opposition, et le chef du «Mouvement nos valeurs communes», autre parti d’opposition. Leur procès a été ajourné le 30 novembre et réaffecté à un autre tribunal compétent pour les mineurs.

«Les autorités veulent les éloigner de la scène politique afin de les empêcher de mobiliser leurs partisans et de manifester contre le troisième mandat d’Alpha Condé», a déclaré Pepe Antoine, avocat spécialisé dans les droits humains.

En dépit de graves violations des droits humains commises par les forces de sécurité guinéennes après les élections présidentielles, Human Rights Watch n’a connaissance d’aucun membre des forces de sécurité faisant face à des conséquences disciplinaires ou autres.

Le Front national pour la défense de la Constitution, une coalition de groupes non gouvernementaux et de partis d’opposition, a annoncé de nouvelles manifestations pour le 15 décembre, date de la prestation de serment d’Alpha Condé. Au lieu d’arrondir arbitrairement des personnes aux fins d’arrestation, les autorités guinéennes devraient veiller à ce que les forces de sécurité protègent personnes tout en respectant leur droit de manifester pacifiquement, de libérer les personnes injustement emprisonnées et d’enquêter sur la conduite des forces de l’ordre.

Avec Human Rights Watch