Guinée-Coravirus : l’Exhibation de l’identité des malades est contre-productif et semble être un moyen stratégique de mobilisation de Fonds !

Le conseiller du ministre du Budget et DGA du Bureau de Stratégie et de Développement ,
sur lequel on tire à boulet rouge est quelqu’un d’Humain et responsable qui n’a pas attendu d’être terrassé par la maladie mais qui a juste ressenti de la fièvre et a demandé à être dépisté avec son épouse. Mais malgré ce courage et sa promptitude à informer ses contacts, son identité a été dévoilé. cette indiscretion du personnel medical semble être une manœuvre machiavélique qui serait un pan de diabolisation et un moyen de pression . C’est pourquoi, pour bon nombre d’observateurs , le service de Dr Sakoba Keita manipule l’image des malades pour s’assurer un budget garni .

Lutter efficacement contre coronavirus, c’est aussi rassurer les malades en gardant dans l’anonyme leur identité et en respectant leur dignité. Protégeons les malades car la honte, le stress et l’exclusion tue plus vite que la maladie elle-même.

En médecine, le secret doit être mis au rang des choses les plus sacrées ; une des premières lois de la société est de taire ce qui ne doit pas être révélé, et nul n’est en droit de disposer d’un bien dont nous ne sommes que les dépositaires, comme nous l’enseigne Jean-Baptiste Blanchard dans les maximes de l’honnête homme (1772).

Le secret est l’âme des grands docteurs. L’indiscretion en médecine degrade davantage l’état de santé du malade, un professionnel de la santé qui a la langue bien longue, accélère la mort de son patient par le fait du stress et de l’exclusion.

L’attitude du service du dr Sakoba Keita ,qui est, pour des raisons inavouées, d’exposer l’identité des malades de coronavirus est irresponsable et encourage la propagation de l’épidémie.

En dévoilant l’identité des malades en phase implique l’idée « du rejet social », stimulant la honte associée à la maladie.

La culpabilité est invisible, mais la honte, liée au dévoilement, se « voit ». Et très malheureusement cette façon de faire pousse les gens à fuir les hôpitaux par peur d’être humilié et exclu de la société.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies