Info d'ici et d'ailleurs

“Gouverner autrement »: Ça patine déjà au départ

Certains avaient de l’espoir, mais tout a basculé ce mardi 19 janvier après la nomination partielle du nouveau gouvernement par le président de la République. Alpha Condé disait qu’il connaissait maintenant les Guinéens et qu’il allait désormais mettre fin à la corruption et au copinage au sein de l’administration publique. C’est de là d’ailleurs qu’est né le slogan “Gouverner Autrement », selon ce qui nous a été vanté tout au long de la campagne présidentielle du 18 octobre dernier.

Le ridicule est qu’il n’y a presque pas eu de changement. Seul Moustapha Naïté, ministre des Travaux publics, est mis hors circuit pour le moment. Quelques remaniements, mais toujours les mêmes personnes. Qui sont donc les corrupteurs au sein de l’administration qu’il fallait remercier?

L’autre fait dans cette nomination qui brise totalement l’espoir de l’opinion, c’est le maintien de la ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi. Zénab Nabaya Dramé est au centre d’un scandale de détournement de près de 200 milliards de francs guinéens. L’affaire est en ce moment même pendante à la justice. Alpha Condé se permet, à cet instant, de renouveler sa confiance à une personne qui ne bénéficie plus de la confiance de l’opinion. Ainsi, on réalise que “Gouverner Autrement », ce n’est point de gouverner pour le peuple, mais de favoriser la dépendance des institutions pour permettre à une “catégorie de personnes » de faire ce qu’elles veulent.

En attendant la nomination des 20 autres ministres, tout semble indiquer qu’il s’agit d’un gouvernement de récompense. Faut-il présumer que le président Alpha Condé, après 10 ans de gouvernance, entame son troisième mandat par un mauvais départ ?

En tout cas, tous les indices sont visibles.

 

Boubacar Barry