La nouvelle est à vos côtés.

Gestion contrôlée des déchets: la problématique au cœur d’une rencontre de SANITA Villes Propres à Conakry

Un atelier de concertation pour la conception des zones de transit et de tri des déchets vient de s’achever à Conakry. L’initiative est de SANITA Villes Propres en collaboration avec l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASP).

L’atelier, qui s’est élargi sur deux jours, a débuté le mercredi 6 mars pour prendre fin ce vendredi 8. Il a réuni les maires, les services techniques des mairies, les PME de gestion de déchets, ainsi que les représentants des ministères techniques déconcentrés. Et, a abouti à la conception-type de ces zones de transit et de tri où les déchets seront triés et préparés à l’envoi à la décharge finale.

Selon les porteurs du projet, ces zones de transit et tri permettront d’accroître l’efficacité des PME dans le transfert des déchets pré-collectés, tout en apportant une plus-value importante pour la réduction des volumes de déchets par tri et recyclage.

Intervention Manager chez Enabel SANITA Villes Propres, Pierric Raulin, a indiqué que cette réunion technique va permettre de designer les modèles de points de regroupement et des zones de transit et de tri qui vont être installés à travers la capitale, Conakry en vue de facilitation dans l’évacuation des déchets vers la décharge finale.

Aux dires de l’expert, ces points, en quelque sorte, vont constituer des interfaces entre le travail des PME qui vont emmener ces déchets dans les points de regroupement où il sera procédé au tri avant de les drainer vers la décharge finale dans des camions par un opérateur de transfert qui est en cours de recrutement par les autorités. A terme, le projet vise la réalisation de 40 à 80 sites qui seront aménagés à travers Conakry.

A sa suite, le Pr Sékou Moussa Kéita, Directeur Général du Centre d’Etudes et de Recherches en Environnement à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry dit pouvoir retenir de ces deux jours d’activités que la ville de Conakry est excessivement sale, mais que le gouvernement est à l’œuvre.

« Parce qu’à partir de ces deux jours, nous nous sommes aperçus que beaucoup de choses sont en train d’être faites et que dans peu de temps, il y aura une solution durable à cette problématique très étriquée concernant l’insalubrité à Conakry ainsi que dans certaines villes de l’intérieur du pays », s’est-il félicité.

Au cours des deux jours de travaux, il a été procédé à l’analyse des fonctionnels en infrastructures, suivie de la validation des concepts-types à construire. Dans les équipements projetés dans la salle, les experts ont proposé une zone exemplaire située au niveau du pont de Kakimbo, dans la commune de Ratoma, sur laquelle ils ont fait un plan et où sont prévus trois containers plus une rampe prévue à la réception des tricycles. Au cours des discussions, il a été admis de majorer à deux rampes : l’une pour les entrées et l’autre pour les sorties en vue de faciliter la circulation des tricycles.

Aussi, il a été constaté qu’avec un seul portail, il sera très difficile pour les manœuvres de bien travailler. Il a été donc accepté d’étendre à deux portails pour que, pour la prise des containers et le dépôt d’autres, les camions puissent circuler librement circuler pour acheminer ces déchets.

SANITA Villes Propres, mis en œuvre par Enabel, est financé dans le cadre du 11ème Fonds européen de développement (FED) de l’Union Européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies