Fête du travail : le message de Sékou Koundouno

En ce jour solennel du 1er Mai, consacré aux travailleurs du monde entier, je mets à profit cette journée, à mon nom personnel et au nom de la lutte citoyenne commune, pour souhaiter une bonne fête de travail à toute la population active de la Guinée.
Ça ne fait ombre d’aucun doute que les conditions de travail des guinéens sont précaires dont les travailleurs usent de toutes leurs forces dans des activités qui ne leur procurent pas le minimum pour assurer leurs cadres de vies.
Le SMIG ne tient plus le contexte à cause de l’accroissement de la difficulté du cadre de vie des citoyens.
Les secteurs de travaillent ne sont pas réglementés, et les travailleurs ne sont pas accompagnés surtout ceux du secteur informel. Une triste réalité que les guinéens sont en train de vivre à tous les niveaux.
Conscient de cet état désastreux que vivent les guinéens, Nous avons pris position, celle de défendre le bien être des guinéens, c’est le mobile même de notre lutte citoyenne pour une alternance démocratique civile et apaisée au sommet de L’Etat afin d’éviter qu’une minorité transforme la république en royaume. C’est pourquoi, nous devons assainir le cadre de vie des guinéens et asseoir une véritable bonne gouvernance.
Nous nous battons au sein de la grande famille FNDC  depuis belle lurette pour donner une vie aux guinéens qu’ils méritent.
La lutte sera rude mais ne sera pas vaine.
Nous poursuiverons le combat sur tous les fronts avec tous les moyens légaux pour faire valoir nos droits les plus élémentaires qui sont bafoués par ce régime qui se trouve à l’agonie.
Reserrons les rangs et soyons prêts pour la reprise des actions d’envergure contre cette imposture de trop avec de la nouveauté.
Chers compatriotes,
Qu’ils ne puissent pas nous détourner de l’objectif que nous nous sommes fixés. Nous avons gagné une partie du combat puisque nous avons l’adhésion totale du peuple de Guinée, il ne reste qu’à les faire partir de Sekhoutoureya au delà du 11 octobre 2020 date constitutionnelle pour la tenue du scrutin présidentiel sans monsieur Alpha Condé car le temps des Hommes providentiels est révolu.
Notre constitution commune demeure celle de mai 2010 et nous n’avons pas encore d’assemblée nationale d’où l’existence du vide au niveau du pouvoir législatif.
ENSEMBLE UNIS ET SOLIDAIRES, NOUS VAINCRONS.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies