La nouvelle est à vos côtés.

Faranah : un élève meurt par suite de noyade dans le fleuve Niger

PUBLICITÉ

Partager

Le corps d’un jeune collégien, âgé de 20 ans, a été retrouvé dans le fleuve Niger, hier mardi 12 mars 2019, au quartier Tonkolonko 2, dans la commune urbaine de Faranah. Gilbert Haba, élève en classe de 8ème année au collège Niger, porté disparu depuis la veille, est originaire de la sous-préfecture de Koropara, à N’Zérékoré, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans le Sankaran.

Selon nos informations, Gilbert Haba s’était rendu sur les lieux le lundi, avec un de ses amis, pour se baigner. Mais, après avoir plongé dans l’eau, il n’est plus réapparu.

Interrogé sur les circonstances du drame, l’ami de la victime, est revenu sur les faits. Selon Elie Maomou, « j’étais avec lui au fleuve à 17 heures. Quand on est venu, j’ai plongé le premier. Quand je nageais, je croyais qu’il était arrêté sur un bois. Arrivé au milieu de l’eau, j’étais fatigué. Je me suis efforcé à joindre la rive du fleuve. Mais, je ne l’ai pas vu.

C’est ainsi que je l’ai appelé, mais il n’a pas répondu. Je suis revenu au lieu où j’ai plongé. Je l’ai appelé plusieurs fois, en vain. Sur le coup, j’ai appelé au secours », a expliqué l’ami de la victime, sous le choc.

Le représentant du chef de quartier de Tonkolonko 2, Sékou Oularé, a expliqué ce qui a été entrepris quand la nouvelle de la disparition de Gilbert Haba s’est propagée. « Le jeune est venu le lundi soir pour se laver, mais son jour était déjà arrivé. Dès qu’il est descendu dans les eaux, il n’est plus sorti. C’est ainsi que son ami a appelé au secours.

Les citoyens et les autorités se sont mobilisés de la nuit du lundi jusqu’au mardi matin pour chercher le jeune. C’est ce mardi matin que son corps a été retrouvé. Donc, le corps a été mis à la disposition du président du conseil de quartier qui, à son tour, a mis le même corps à la disposition de ses parents », a dit monsieur Oularé.

Finalement, comme le veut la tradition, Gabriel Haba a été enterré aux abords du fleuve Niger.

A rappeler que les noyades de personnes dont l’âge varie entre 5 et 20 ans sont fréquentes sur les lieux.

guineematin

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

La Rédaction Vous Propose Également:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies