Expiration du délai de la CEDEAO à la Guinée pour un chronogramme de la transition : Ce qu’en dit Mohamed Cissé du PEDN

La junte au pouvoir en Guinée ne s’est finalement pas pliée à l’ultimatum de la CEDEAO. Elle avait jusqu’au 1 er août 2022 pour lui fournir un chronogramme de la transition. Au deuxième jour de l’expiration de cette date, Mohamed Cissé, responsable de la cellule de communication du PEDN, s’est exprimé sur le risque de sanctions contre le pays. C’était dans l’émission « Les Polémistes » de Djoma TV.

En cas de sanctions contre la Guinée par la CEDEAO, estime le jeune politicien, c’est la population qui en souffrira le plus et non le CNRD. Donc, ajoute-t-il, les guinéens ne doivent pas se réjouir d’un tel scénario. Une allusion faite à certains acteurs politiques et de la société civile.

« La sanction de la Guinée ne sera pas la sanction du CNRD, ça ne sera pas la sanction du gouvernement encore moins du CNT, ça sera la sanction du peuple de Guinée. Donc si les uns peuvent se réjouir du fait de dire oui la Guinée est sanctionnée, ça veut dire que le CNRD n’est pas sur le bon chemin. Il faut comprendre que le peuple de Guinée subira plus tout ce que le CNRD pourrait subir en terme d’image, en terme de mauvaise publicité. C’est pourquoi il faut travailler à épargner le peuple d’une telle situation. Donc les lignes bougent peut être lentement mais les lignes bougent quand même. Hier le médiateur de la CEDEAO n’était pas accepté mais aujourd’hui il est accepté, il a fait un premier déplacement. On aime faire de l’agitation beaucoup en Guinée », a-t-il

dit.

Poursuivant, Mohamed Cissé a insisté sur l’attachement du PEDN au dialogue. Pour lui, quelle que soit la forme, c’est à accepter.

« La position du PEDN est la même. Nous avons dit que le dialogue est incontournable. Quelle que soit sa forme, les gens se sont accrochés aux termes dialogue, concertation. Il faut qu’on prennent de la hauteur au-delà de cela. Et nous avons toujours rappelé qu’au temps d’Alpha Condé, il n’y a jamais eu de concertation. C’étaient des dialogues mais quel acteur peut dire aujourd’hui qu’un seul dialogue a été respecté même à 70%? il n’y en a pas. Ce qui veut dire que le dialogue ne garantit pas le respect des conclusions. Mais il faudrait juste venir au tour de la table avec de bonne foi, avec des bonnes propositions concrètes et aussi des promotions utiles », s’est-il justifié.

Comme pour réitérer son opposition à toute manifestation de rue contre le CNRD, il a rappelé que son parti a toujours invité les guinéens à « faire attention aux agitations du FDNC ».

Abdoulaye Bangoura pour Flashguinee.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...