Info d'ici et d'ailleurs

Et Faya Milimono s’inclina devant Alpha Condé ( Par Aly Badara Akila )

Qui l’aurait cru ! Personne. Et l’adage politique qui dit qu’il ne faut jamais dire la politique a eu raison de l’homme Faya Milimono.

La politique guinéenne est un marché excellent où tout le monde vient avec valise plâtrière et d’une bougie honteuse. En allumant le feu, et a l’étreignant, nous pensons d’abord à la Guinée. Chose qui est bien dite et qui donne a réfléchir.

Réfléchir, mais pourquoi ? Au lendemain de sa défaite, la presse a fait état de son essoufflement avec une mauvaise stratégie. D’autres comme ses collaborateurs, ont dit avec prudence qu’ils savaient déjà que l’homme déçu de la politique guinéenne, le constant éclipsé de la politique, Faya Milimono n’allait pas gagner cette élection présidentielle devant un champion politique qui est M. Alpha Condé. Dieu merci ! Après les frustrations, nous venons de voir le bout du souffle et espérons que bientôt, nous allons sortir de cette malencontreuse histoire.

Si Faya s’incline, et cherche déjà a être le parrain, nous pouvons dire qu’il est alors temps, de revenir sur le travail. La politique guinéenne, d’ailleurs africaine, est une politique malsaine. C’est une politique, qui détruit aujourd’hui la jeunesse. Je pleure juste nos compatriotes qui ont perdu la vie dans ce combat. Elle n’est pas épatant cette sortie. En contradiction avec ses propos contre les députés qu’il a toujours combattu et à même connu le seuil de la prison, c’est lui le tout puissant constant devenu le tout nouveau parrain qui va désormais embrasser le champion Alpha Condé qui a toujours dit qu’il va mettre fin aux rêves de l’opposition en Guinée. Nous serons tous témoin de l’histoire. Bravo !

Faya Milimono a bien compris la leçon donnée par le tout puissant politique, M. Alpha Condé ?

Faya Milimono, tout puissant opposant constant de la république, est réduit à sa plus simple expression sur un média au jour où, il a été présent à l’investiture. Le président Alpha Condé est quand même le tout puissant homme politique.

Car, a l’image du président Alpha Condé qui s’est séparé de tous les opposants qui l’empêchent de tourner comme il veut, Faya Milimono prend maintenant une ligne imposée c’est-à-dire, attendre 2026 si l’espoir est là ou bien, si son parti acceptera sa beauté et son engagement comme il l’a toujours été. Le cas de dialogue n’est plus la face cachée de l’iceberg. Les prochains jours certainement, nous réservent beaucoup de surprises. C’est pas épatant, nous sommes dans une politique a la guinéenne. Dans tout ça, toi jeune qui est en train de lire mon passage, tu dois comprendre désormais que tu as un avenir devant toi. Cet avenir, ce n’est plus pour sortir dans la rue mais plutôt de te battre pour l’avoir.

Si tu veux mourir, il faut mourir maintenant pour ton avenir. Qu’on dise qu’ils t’ont tué parce que tu voulais avoir une bonne vie, tu voulais te battre pour avoir un bon avenir. Mais, qu’ils ne viennent plus dire que c’est parce que tu étais dans les manifestations de rues. Cherche à être meilleur de toi. La Guinée ne peut pas se développer sans sa jeunesse.

Faya Milimono quelque soit quoi, s’est battu jusqu’ici. Vu que l’espoir est invisible, il peut contenir cette idée après passer à une autre aventure. C’est juste du déshonneur. C’est pas une honte pour moi, parce que je savais déjà que ça allait vraiment me trouver en vie cette sortie de Faya qui cherche le paradis. On est en Guinée, on vit ici et ce n’est pas du tout utopique d’être pessimiste.

M. Alpha Condé est un politicien a grande taille. Il sait jouer avec ses boutons. Les jeunes tués dans les manifestations, auront juste une histoire. Cette histoire c’est quoi : ils étaient là pour un homme qui ne pouvait pas en venir. En politique, l’absurdité est de trop. J’ose croire que Dieu pardonnera l’âme de nos frères tués dans ses manifestations ensanglantées.

Faya Milimono, s’incline désormais. Même si ce n’est pas ouvertement dit, mais nous analysons bien sa sortie qui nous prouve que 2021 jusqu’en 2026 n’auront qu’un seul gérant, c’est M. Alpha Condé. Qui pleurera les morts ? C’est bien nous jeune. Nous allons encore pleurer nos morts, nous continuons à le faire. Nous demandons qu’il y ait une justice quand même pour nos compatriotes. La politique guinéenne est une honte. Sans constance, sans raison ni un coeur pour être devant l’histoire. Je me raisonne !

Solutions ?

Pensez aux jeunes. Approchez les, vous pouvez aussi faire en sorte que cela s’apparente sur une situation atténuante. La Guinée est un pays riche mais, qui est fermée devant sa jeunesse. Acceptez le dialogue, il faut mettre tous les guinéens dans la même enseigne. Rendez justice aux justiciables, et faites tout pour que la société ne nous humilie pas. Mettez vous au travail, le changera nous fera face à un jour.

Je ne suis pas déçu du comportement de nos hommes politiques parce que je suis un homme averti déjà !

Aly Badara Akila, journaliste panafricain, et consultant sur des questions diplomatiques.

(+224)662519697 (+224)625406393