En ce 02 octobre nous rappelons que la Guinée n’est pas un empire de quelqu’un ( par Aly Badara Akila )

À l’occasion du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Nation guinéenne, je souhaite à chacun une excellente fête de l’Indépendance. Mais, en ce 02 octobre 2020, nous rappelons que la Guinée n’est pas un empire et ni un royaume. Le peuple de Guinée n’est pas ce peuple qui foule au sol son combat. La paix est meilleure et on doit prôner cette paix. Écartons nous des propos ethniques, divisionnistes qui fragilisent le tissu social. 

Soixante-deux ans après la proclamation solennelle de l’auto-gouvernance, de notre souveraineté totale du territoire guinéen, nous voici en chemin pour marcher sur les quarante prochaines années. Notre pays atteindra son premier siècle d’indépendance. Et, c’est possible, à l’unisson du travail, justice et solidarité. Que justice soit rendue aux justiciables, qu’on n’ait le courage de dire la vérité. Depuis son accession a l’indépendance, le peuple de Guinée ne fait que souffrir et des discours indécents de ses hommes politiques détruisent aujourd’hui notre nation.

Y’a pas meilleure que notre nation. Cette Guinée est détruite aujourd’hui par ses fils qui ne peuvent pas être décorer par le billet du patriotisme. Ils divisent, ils tiennent des propos ethniques, ils marginalisent d’autres et préfèrent ceux qui partagent leur dérive.

Nous la voix des sans voix, la responsabilité nous incombe aujourd’hui de défendre ce peuple et non ceux qui veulent le détruire pour des fins propres. On ne doit pas mettre de différence entre les ethnies, on doit se respecter, qu’on s’éloigne des propos discourtois pour que notre Guinée avance et que tous les guinéens se sentent dans une même assiette comme on aime le dire, la Guinée est une famille. 

Pour notre pays devenu sexagénaire, fasse l’éternel DIEU bénir les Guinéens et Guinéennes, en commençant par les autorités étatiques, administratives, politiques et sécuritaires. Que ceux qui tiennent des propos ethniques cessent et qu’ils prennent la Guinée. Nous n’avons pas où aller, nous ne connaissons que cette Guinée. Nous avons connus la colonisation ici. Nos parents maltraités, vendus pour l’esclavagisme. Nous avons dit non aux français mais nous oublions que certains de ces français valent la peine plus que ceux qui dirigent nos destinées aujourd’hui.

L’indépendance est aussi une responsabilité. Alors, le peuple doit prendre sa responsabilité pour qu’en fin nous sortions de cette malédiction imposée par ceux là qui prétendent nous défendre aujourd’hui. Je prie pour une élection présidentielle apaisée et paisible pour le 18 octobre prochain, puisse la paix intérieure s’investir en chacun de nous et que l’esprit de tolérance, la cohésion sociale et la paix nous rassemblant réconciliés, nous élingue dans toutes nos différences culturelles et ethniques dans le cercle d’une même voie et voix susceptibles de l’érection de la Démocratie au service des fils et filles de la Guinée d’ici et d’ailleurs.

Profitant de l’histoire de notre pays fouetté par des crises en répétitions, j’invite l’application de la justice pour que justice soit rendue aux victimes de 2009 jusqu’à nos jours. J’adresse mes condoléances aux parents des victimes décédées et un prompt rétablissement aux malades qui ont dû passer la fête de l’Indépendance sur les lits hospitaliers.

 

La Guinée n’est pas un royaume ni un empire. Son peuple s’est battu corp et âme pour obtenir sa liberté. Aujourd’hui, elle a cette liberté mais on à l’impression qu’une colonisation clandestine règne en maître absolue. Les chinois sont chez nous, les guinéens ne gagnent pas comme eux et pire, c’est que c’est la sous-traitance qui est imposée alors que ses guinéens se trouvent sur leur sol.

En Guinée aujourd’hui, le chinois dépasse le guinéen. Un exemple allons juste a Boffa pour en savoir de plus. Nous regrettons cela et il est temps que cette vérité soit dite au gouvernement d’Alpha. L’indépendance nous permet de vivre chez nous, et nous donne la force de travailler chez nous et non ailleurs. Sékou Touré à préféré la dignité, et nous aujourd’hui, on a préféré l’indignité, malhonnêté et nous avons vendus nos valeurs au diable. Liberté ! 

Vive la Guinée, vive les guinéens et que Dieu bénisse la Guinée. Oui, indépandence, c’est permettre à autrui le génie de s’exprimer. Bonne fête d’indépendance au peuple de Guinée !!! 

Aly Badara Akila, journaliste panafricain !!! 

(+224)662519697 (+224)625406393 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies