Eli Kamano: « Nous allons à l’affrontement… »

Il ne reste plus qu’à vivre les réalités. Les tensions sont visibles de part et d’autres.  Le pouvoir tient mordicus à aller aux élections législatives et le référendum le 22 mars prochain,  l’opposition et le FNDC restent fermes sur leur décision d’empêcher la tenue ce scrutin. Eli Kamano,  un des membre du FNDC estime que les opposants à une nouvelle constitution sont en train de gagner le pari.
L’artiste Eli Kamano a entamé son intervention ce matin dans l’émission les « grandes gueules  » par rappeler que le président Alpha Condé au  siège de son parti  : « a parlé carrément et ouvertement d’affrontement. Nous allons à l’affrontement, c’est inévitable et inéluctable. Nous nous préparons à cela. Lorsque le premier magistrat de la Guinée se focalise et se repose sur son parti politique pour  demander de se préparer à l’affrontement,  ça veut dire qu’il n’est pas le président de l’autre entité qui n’est pas d’accord avec lui pour la nouvelle constitution ».
Eli Kamano  suppose que  Front Nationale pour la Défense de la Constitution , est encore au-dessus et gagne encore son paru dans le combat qu’il est en train de mener. « Le pari, c’est d’empêcher les élections qui étaient prévues le 01 mars qui  ont été reportées. Donc aujourd’hui, on ne peut pas se plaindre et dire que le FNDC n’est pas capable et l’autre objectif ce n’est pas d’avoir des morts, nous voulons passer par des moyens légaux pour empêcher les élections »
L’opposant à une nouvelle constitution en Guinée précise : « Nous ne voulons pas que le président Alpha Condé s’éternise au pourvoir. Le futur président guinéen aura besoin de sa légitimité parlementaire, il aura besoin d’organiser des élections législatives », a t-il dit.
Aïssatou Bah pour Flashguinee

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies