Édito : Ces habitants de l’axe Hamdanlaye-Kagbelen qui ont subi tout et tout (Par Boubacar Robbie)

Hamdanlaye-Kagblen était perçue comme une zone paisible à habiter de par la modestie qui anime ses habitants depuis des longues années. Cette partie de la capitale Conakry est habitée majoritairement par la plus grande communauté Guinéenne (PEUHLS).

Ces derniers pratiquent la religion musulmane et exerce le commerce comme activité principale. Ils sont connus de par leur modestie avec une éducation hautement considérée accompagnée d’une beauté similaire à une arabique. De loin, on reconnait leurs femmes et filles par leur teint clair ou noir avec un sourire aux lèvres, des cheveux longs, un nez pointu et un front bien taillé souvent un foulard à la tête.

Quant aux hommes de cette communauté, on les aperçoit également avec un bonnet appelé dans leur langue “Poutorou » accompagné par un boubou et d’une Chaussure appelée (MOUKALE).

Depuis 2010, malheureusement les habitants de cette zone subissent une chasse aux sorcières par le régime actuel à cause de leur appartenance politique liée au principal opposant Guinéen Cellou Dalein Dillo. Des tueries, des tortures, des arrestations arbitraires, des pillages, des injures, des humiliations. Bref, tous les maux de la vie leurs ont infligés par les forces de défense et de sécurité.

Les dernières bavures des forces de sécurité en date se sont produites au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Ces habitants de l’axe HAMDANLAYE_KAGBELEN ont subi tout et tout. Même les enfants, les vieux, encore moins les sages à plus forte raison les cadavres ne sont épargnés par les représailles des FDS. 2 mois après cette élection où Alpha Condé, avec tout le cortège des malheurs, est réélu par un forcing et le moment tout semblait rentré dans l’ordre, un monstre venu de nulle part a tiré sur le pick-up de la police postée à WANINDARA précisément au niveau du marché. Selon celui dont les habitants n’aiment plus entendre parler à cause de ses agissements (Général Bafoué) porte-parole de la Police Nationale.

Aujourd’hui cette partie du quartier est quadrillé par la police. Il y’a ni entrée encore moins sortie. Ces habitants sont privés de tout mouvement et activité. Des descentes musclées sont opérées par les FDS qui procèdent à des arrestations arbitraires, des kidnapping et pillages. Certains pour se sauver, ont déjà quitté ce quartier pour aller se réfugier ailleurs.

Si tous les guinéens dans leur ensemble ont subi trop d’injustice, cette communauté semble avoir payé plus de frais que toutes les autres sous le regard impuissant de ses sages, de ses vieux, de sa jeunesse et de ses cadres. Des marchés résiliés, des terres retirées entre autres… voilà encore la nouvelle forme de tort que les autorités sont entrain de leur infliger.

De 2010 à nos jours, on compte plus de 200 jeunes injustement tués sur l’axe sans justice. Des milliers des magasins pillés avec une perte estimée à cout des milliards de nos francs. Des concessions incendiées, des personnes handicapées suite à des tortures subites. Des voitures et motos détruites pour ne citer que cela. Aujourd’hui, cette communauté se sent impuissante. Elle décide de se tourner vers le créateur pour implorer sa grâce.

Le président Alpha Condé a promis aux guinéens de les gouverner autrement à plusieurs fois. Alors il est temps que la gabegie financière, le détournement des deniers publics, l’impunité, le l’laxisme, le despotisme et surtout l’injustice cessent dans ce pays.

Par Boubacar Robbie Barry, Acteur de la Société Civile et Journaliste au Group Hadafo Médias.