The news is by your side.

ECHEANCES 2020! Vers une révision constitutionnelle ! ( Par Aimé Stephane Mansare)

0

Peut on déjà objectivement évaluer les opportunités et les défis du FNDC d’empêcher l’imminente révision constitutionnelle?

Attendons de voir les exploits ou les limites de cette autre Union sacrée pour dit-on la défense de la constitution entre les acteurs politiques de l’opposition et une partie active des acteurs de la société civile guinéenne.
De toute évidence, l’histoire politique de la Guinée au cours de ces deux dernières décennies aura donné de grandes leçons au peuple quant aux résultats attendus chaque fois qu’il s’est agit d’une coalition à effets socio politiques entre les Partis politiques et les organisations de la société civile.

En outre, les guinéens non amnésiques se rendent finalement compte que les efforts et les grands sacrifices consentis à chaque séquence de l’histoire politique récente de notre pays sont loin d’être proportionnels aux attentes de changements sociaux exprimées par le peuple.

On a toute l’impression que les dividendes de ces luttes menées par le peuple avec d’énormes sacrifices n’ont jusqu’ici profité qu’au système et aux clans d’acteurs recyclés depuis toujours comme s’il n’y avait pas d’autres guinéens.
C’est pourquoi, pour cette fois, les forces sociales devraient à mon humble avis sceller directement un pacte avec le peuple lui même et non avec des acteurs politiques dont le passé récent est antinomique au respect des principes démocratiques qu’ils prétendent défendre aujourd’hui.
Toute démarche contraire reste à mon avis une périlleuse aventure dans les scions des précipices infranchissables au grand dame du peuple pour lequel chaque acteur dit vouloir se battre.
Par expérience , l’on ne saurait ne pas partager l’avis de nombreux guinéens qui estiment à juste titre que face à certaines revendications démocratiques portées par les forces sociales, les initiatives de coalitions avec les forces politiques doivent être évitées ou envisagées avec prudence.
Personnellement et par ricochet, je ne crois pas au couple Société civile et partis politiques pour désamorcer (en dehors des luttes acharnées pour accéder ou conserver le pouvoir) une quelconque crise sociopolitique et assurer des changements sociaux irréversibles dans le contexte guinéen.
Les leçons majeures qu’il faille tirer en Guinée de ces coalitions et de tous ces combats dits pour la démocratie , c’est le caractère inachevé des résultats par rapport aux véritables attentes du peuple quant aux changements profonds des systèmes mafieux qui ont fini par prendre tous les Etats qui se sont succédés en otage depuis bientôt un demi siècle.
Devons nous définitivement conclure que les hommes politiques guinéens en général et en particulier ceux qui ont la plus grande capacité de mobilisation politique sont essentiellement guidés (et de façon un peu plus exagérée ) par la seule conquête du pouvoir quand ils sont opposants et par la conservation de celui ci quand ils sont au pouvoir?
En définitif, et dans le contexte guinéen que nous connaissons tous, la société civile doit rester dans les limites de ses attributions traditionnelles , celles d’un organe de veille et de médiation. dès lors quelle s’aventure dans des coalitions contre nature avec des partis politiques, l’expérience guinéenne a prouvé que les résultats restent toujours inachevés et en perspective de perpétuels et eternels recommencements.

C’est naturellement pourquoi la constitution du 7Mai 2010 ne fut pas soumise au referendum, les élections présidentielles de 2010 ne furent pas précédées par les législatives, le gouvernement de consensus de Lansana Kouyaté n’a pas pu enclencher les reformes profondes….

Ainsi donc, la création d’un FNDC qui regroupe aussi bien certains acteurs politiques de l’opposition et ceux d’une partie des organisations de la société civile guinéenne donne t- elle des garanties certains de pouvoir légalement et légitimement stopper les élans actuels vers une imminentes révision constitutionnelle avant 2020?

Convenons en que:  » La sociologie politique guinéenne est très complexe et , malheureusement caractérisée par des identités défaillantes qui induisent la persistance collectivement entretenue de l’opportunisme, du communautarisme et du clientélisme dans un contexte de perpétuel recommencement et de recyclage d’un seul et même système toujours antinomique à la solidarité agissante et au développement national ».
De toute évidence chers compatriotes et intellectuels de Guinée , en dépit des arguments de doctrine brandis par chacune des parties à toutes les occasions, pourquoi ne devons nous pas éviter de nous laisser aller aux confrontations inutiles qui mettront en péril les quelques lambeaux de tissus social qui nous restent encore à raccommoder pour asseoir solidement notre Nation en engageant tout le monde vers les actions irréversibles de développement de notre pays.

Sur cette base, voici les titres et points d’analyse induisant chacun des interrogations systémiques sur la situation politique actuelle élargie au delà de la seule problématique que je soumets humblement à un débat rationnel et non passionnel en ne se limitant pas strictement à la seule problématique de la limitation des mandats présidentiels pour aider à évaluer objectivement et sans parti pris les opportunités et les défis qui s’offrent aux guinéens d’empêcher ou de laisser passer cette odyssée vers une imminente révision constitutionnelle risquée mais portée par une partie non négligeable des guinéens.
1- Au titre des ratées des anciennes crises et celles de la transition militaire de 2009 avec le CNDD qui furent cautionnées par les mêmes acteurs sociopolitiques d’alors qui sont les protagonistes d’aujourd’hui.
• Pourquoi les acteurs politiques et ceux de la société civile d’alors avaient accepté de sceller une coalition contre nature qui avait totalement biaisé le rôle d’instance de veille et de médiation de la société civile?
• Pourquoi les forces vives avaient opté pour une transition courte à la place d’une plus ou moins longue qui aurait pu être conduite selon les dispositions sacrées d’une charte complète avec comme principale livrable , une constitution légitime issue d’un référendum dûment organisé?
• Ne constatons nous pas par expériences répétées que, pour les luttes d’équilibre sociopolitique et de démocratisation de nos peuples, les coalitions entre les acteurs politiques (qui ne visent que le pouvoir) et ceux de la société civile( qui doivent en principe jouer un rôle de veille et de médiation)ont montré leurs limites car le plus souvent, les acteurs de la société civile sortent perdantes avec des changements inachevés au grand dame des peuples qui continuent à subir les conséquences dramatiques des systèmes qui persistent… ?
• Posons nous simplement la question sur les causes de l’échec du gouvernement de consensus du premier ministre Lansana KOUYATE qui s’est trouvé très tôt bloqué par l’incohérence des textes et dispositions induits au protocole d’accord par rapport à la poursuite des reformes attendues par le peuple?
• Pour quelles raisons valables et malgré certaines alertes d’alors de personnes ressources averties , la constitution du 7 Mai 2010 élaborée par le CNT n’a pas pu être soumise à un référendum pour une simple question de légitimation? Qu’est ce qui pressait réellement en dehors des agenda politiques des différents acteurs?
• Au crible de ces interrogations aux quelles les promoteurs du FNDC doivent répondre, je continue à douter pour l’avenir de pays qui se champion pour la création des MEILLEURS RENDEZ VOUS SOCIOPOLITIQUES qu’il continue indéfiniment à rater !
2- Au titre de la légalité et de la légitimité actuelle d’une reforme constitutionnelle par voie référendaire
J’estime simplement que toutes les Constitutions du monde prévoient les modalités selon lesquelles elles peuvent être modifiées c’est-à-dire une ou des procédures de révision. Il peut s’agir de corriger des imperfections ou de modifier des règles de fonctionnement du régime.
Que ces procédures soient Souples ou Rigides pour le cas guinéen toujours est il que la constitution guinéenne actuelle en prévoit en due et bonne forme .
Par contre, une république change quand une nouvelle constitution est adoptée et celle-ci change quand le système politique mis en place ne fonctionne pas ou fonctionne mal.
Alors interrogeons nous:
• Une révision constitutionnelle est elle illégale quand elle ne touche pas aux dispositions intangibles?
• Comment stopper légalement et dans le contexte actuel une révision constitutionnelle quand elle n’enfreint pas aux procédures de révision induites à la constitution en vigueur ?
• L’adoption d’une nouvelle constitution soit elle par voie référendaire change t’elle l’actuelle république?
• Le changement de république avec la nouvelle constitution donne t il un caractère rétroactif aux dispositions de l’actuelle constitution qui limite le mandats présidentiels à un renouvelable une seule fois ?
• La constitution actuelle est elle la source même de la confusion actuelle en feignant favoriser l’alternance démocratique avec des dispositions intangibles de limitation du nombre de mandats présidentiels mais en laissant la voie libre au président de soumettre un projet de nouvelle constitution par voie référendaire?
• Cette constitution du 7 Mai 2010 est elle objectivement cohérente et juridiquement callée pour empêcher le président en exercice de se représenter dans le cas de figure d’une nouvelle constitution et par ricochet une nouvelle république?
• Peut on conclure que ceux qui l’ont écrit ont piégé à dessein le peuple de Guinée ?
• Comment se fait il que tout ce armada intellectuel qui tourne autours de la grande opposition guinéenne se soit aveuglement et naïvement perdu le temps à dénoncer un possible 3e mandat en ayant pas pu voir à temps ce piège constitutionnel pour le désamorcer à temps?
• -Quel type de combat le FNDC doit il privilégier, celui de la légalité ou alors son contraire?
Tout en laissant le débat ouvert , j’ai envie de douter en constatant qu’en l’état et au regard des procédures de révision constitutionnelle induites à la constitution actuelle, une revision constitutionnelle ne saurait être illégale au même titre qu’un 3e mandat est aussi illégal.
3- Au titre des contradictions et des fractions d’egos au sein des organisation de la société civile et des partis politiques de l’opposition
Nul ne pourrait douter de la profondeur des contradictions d’egos qui assaillent l’environnements des partis politiques opposés et celui des organisations de la société civile guinéenne. A l’intérieur de chacune de ces entités, tout y est sauf des convictions inaliénables pour la défense des intérêts du peuple.
• Qu’est ce qui pourrait éternellement opposer les deux plus importantes plateformes de la société civile guinéenne au point d’être incapable de constituer une force unique et redoutable pour la seule défense des intérêts du peuple?
• Qu’est ce qui garantit que cette fois au moins, il y aura une unité d’action alors que les affronts sont déjà à l’ordre du jour?
• Qu’en est il concernant les partis politiques de l’opposition dirigés par des acteurs au passé peu convaincant avec des équipes instables et décontenancés par de perpétuelles recompositions sur la base des intérêts personnels?
Voici chers compatriotes pourquoi je persiste dans mon doute!
En dépit de tout ce qui précède, je pense que les points d’analyse peuvent continuer à être cité de façon continue en mettant en exergue entre autres: la donne communautariste de l’espace politique guinéen ; la ruse politique et le silence stratégique du professeur AC; la position de l’administration publique; la position mitigée de la grande muette; la position mitigée de la communauté internationale etc…
De toute évidence la lutte à mener par le FNDC s’avère non pas perdue mais assaillie d’embuches dans un sentier au milieu des précipices qui peuvent mener au contraire du résultat recherché.
Mais alors certains me diront quelle solution réaliste????
Rendez vous la semaine prochaine pour un important article porté sur l’analyse des solutions possibles!

Que Dieu sauve la Guinée
Aimé Stéphane MANSARE
Consultant en Sciences sociales du Développement

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite