Ebola en Guinée : les nations unies dépêchent une mission à N’zérékoré

Le coordonnateur résident du système des Nations Unies en Guinée, Vincent Martin, s’est déplacé ce lundi, pour la région forestière, qui depuis le 13 février 2021, enregistre des malades et des morts du virus Ebola.

Cette équipe constituée de l’ANSS, l’OMS, l’UNICEF, avec des matériels d’urgence nécessaires sur le terrain, sont en place afin d’appuyer les efforts locaux pour contenir la maladie.

« Nous allons agir sous deux plans, le premier c’est de définir où se trouve le vaccin, et le faire parvenir ici, le plus rapidement possible, ça devrait se faire en l’espace de quelques jours. Et d’autres part c’est continuer ces vols humanitaires que nous avons commencé à mettre en place depuis hier, pour pouvoir déployer le vaccin plus rapidement, donc une fois que le vaccin arrive à Conakry, nous pouvons le déployer sur le terrain en espace de quelques heures.

Nous travaillons en collaboration avec l’ANSS, le ministère de la santé. L’OMS est en dialogue constant et permanent, nous allons nous assurer effectivement et ça aussi c’est le rôle des autorités nationales qui ont réagi rapidement, ils vont s’assurer que le vaccin est compatible avec la source qui évolue dans le pays, s’assurer que le vaccin est efficace »

« Comparativement en 2014, la réaction a été rapide, nous savons, les autorités savent exactement comment procéder pour identifier la maladie, les malades et communiquer sur le suivi, nous savons qu’il faut à tout prix travailler avec les communautés au niveau local pour être sûr que la maladie ne se propage pas. Parce que ce n’est pas seulement une question de mouvement de personnes, c’est aussi une histoire d’itinéraire de la façon dont les personnes mortes sont enterrées et accompagnées par leurs proches, c’est extrêmement dangereux en termes de communication, tous ces éléments sont en train d’être prisent en compte », a-t-il expliqué lors d’un entretien dans l’émission  »Œil de Lynx »

 

Fatoumata Diaraye Bah