D’un état néant à un groupe d’oligarques ( Par Aly Badara Akila )

La justice populaire est une justice expéditive qui ne donne pas à la personne la possibilité de se défendre et quand mort s’en suit, évidemment, on ne saura jamais la vérité. Toute personne, quelles que soient les accusations qui pèsent sur elle, doit pouvoir avoir la chance de s’expliquer. Et toute personne bénéficie d’une présomption d’innocence, sauf si la culpabilité est reconnue par une juridiction de jugement. C’est inacceptable que les citoyens fassent justice eux-mêmes. Aucun citoyen ne doit mourir a cause de ses prises de positions. On a tous besoin d’une justice indépendante. Personne ne doit mourir en prison. L’État doit comprendre cela. C’est comme si l’État guinéen faisait a un état néant d’un état oligarque. C’est inadmissible et injuste.

Quand les institutions publiques ne jouent pas leur rôle, il y a faillite des politiques publiques. Et quand il y a faillite des politiques publiques, les citoyens se cherchent eux-mêmes leurs propres solutions et il n’y a plus de référent commun. Il n’y a aucune indisponibilité de certaines choses qui relèvent de l’impératif judiciaire. Dans un tel état, chacun essaie de trouver sa propre solution se disant que l’État est devenu un néant. Nous n’avons rien qui puisse nous faire reculer. C’est extrêmement grave ce qui se passe aujourd’hui en Guinée. Tout ce qui relève de l’institution, de la légalité peut être remis en cause du jour au lendemain parce que simplement, les citoyens n’ont plus foi a la république, aux institutions de la république.

C’est inquiétant ce qui se passe en Guinée et cela interpelle l’ensemble de la société. On ne peut pas continuer à vivre dans cette incertitude, dans cette vulnérabilité où chacun a ses propres repères. Il n’y a plus de référent commun et l’État est presque inexistant. Pour que cette confiance soit rattachée, l’État a le plein droit de faire une équité entre tous les guinéens. Que tu sois ministre, directeur ou quoi, la justice doit avoir la main mise sur tous les dossiers pour faire des interpellations afin que la confiance se renforce. L’État doit être sérieux.

Aly Badara Akila, journaliste panafricain, et consultant sur des questions médiatiques.

(+224)662519697 (+224)625406393