Disparition de Hamed Bakayoko : Bah Oury évoque un choc pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique de l’Ouest

Depuis l’annonce du décès de Hamed Bakayoko, premier ministre ivoirien, ce mercredi 10 mars, ils sont nombreux, ces acteurs de la vie politique guinéenne à réagir. Pour le président de l’UDRG, cette disparition est un choc non seulement pour la Côte d’Ivoire, mais aussi pour la région ouest-africaine.

« L’annonce du décès du Premier Ministre ivoirien Hamed BAKAYOKO est un choc aussi bien pour nos voisins de la Côte d’Ivoire que pour l’opinion Ouest-africaine », a posté Bah Oury sur sa page Facebook ce jeudi.

Hospitalisé en France depuis la mi-février puis en Allemagne, Hamed Bakayoko meurt 8 mois après la disparition de son prédécesseur, Amadou Gon Koulibaly.

« Cette série de disparitions prématurées au sommet de l’Etat Ivoirien jette le trouble et renforce les inquiétudes pour sa stabilité », estime l’ancien ministre de la réconciliation.

Dans le même post, le leader de l’UDRG évoque les dernières législatives en Côte d’Ivoire.

« L’organisation des législatives inclusives dans le calme et la sérénité est malgré tout une bonne nouvelle dans une grisaille de peurs et d’incertitudes », a fait savoir Bah Oury.

Et de conclure : « Souhaitons que la Côte d’Ivoire sorte renforcée de cette nouvelle épreuve inattendue. Que l’âme du disparu repose en paix ».

 

Boubacar Barry

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies