Détention d’opposants en Guinée: La ‘’réprobation’’ de la France sollicitée par un groupe de députés français

À travers un communiqué de presse du 22 décembre, le groupe d’amitié France-Guinée de l’Assemblée nationale dénonce la détention d’opposants au troisième mandat et interpelle le gouvernement français pour faire valoir sa “réprobation » face à des pratiques, dit-il, “autoritaires ».

Dans ce communiqué, ces députés français expriment tout d’abord leur solidarité aux familles des détenus (Ousmane Gaoual Diallo et Cie Ndlr) et réitèrent leur étonnement quant aux chefs d’inculpation de « fabrication et détention d’armes de guerre et atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation » communiqués par les autorités du pays.
Ils se disent ainsi inquiets face « à la dégradation des conditions d’exercices des libertés d’expression et de mouvements en Guinée » avant d’exhorter les autorités guinéennes « à garantir davantage les droits fondamentaux des citoyens et à faire preuve de discernement pour la libération des responsables politiques d’opposition ainsi que des activistes de la société civile actuellement détenus ».

Pour terminer, ces parlementaires français appellent l’exécutif de leur pays « à intervenir auprès du régime d’Alpha Condé pour faire valoir la “réprobation de la France » à l’égard de ses pratiques autorités » tout en exprimant « sa disponibilité à accompagner la Guinée dans la mise en œuvre d’un dialogue politique apaisé, favorable la transition démocratique tant souhaitée par le peuple de Guinée ».

Boubacar Barry