Des gardes communaux dénoncent leur condition de vie et de travail

Certains gardes communaux de la commune de Matoto dénoncent leurs conditions de vie et de travail. Ils demandent à l’Etat de procéder à une amélioration de ces conditions pour mener à bon port les activités sur le terrain.

La mise en place des gardes communaux est une initiative du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. L’initiative permet d’appuyer la sécurité à la base et renforcer les mairies dans leurs élans de développement. Les jeunes recrutés pour effectuer ces travaux traversent d’énormes difficultés. « On est là. On n’est pas bien payé. Sous un soleil ardent, même de l’eau à boire on ne nous donne pas. Malgré nos maigres salaires, il nous faut encore assurer nos transports. Le travail que nous faisons n’est pas facile. Franchement nous demandons à l’Etat de nous sauver » témoigne de l’un de ces gardes communaux au compte de la mairie de Matoto sous couvert d’anonymat.
Ces jeunes disent jouer les mêmes rôles que les agents de police. A entendre notre interlocuteur, ils ne sont pas traités de la même façon. Il invite donc l’Etat à faire une amélioration de leur condition de vie et de travail. « On travaille ensemble avec les policiers. Donc chacun d’entre nous est là pour sauver notre patrie. Nous demandons vivement à nos responsables, principalement de gouverner d’améliorer nos conditions de vie et de travail » ajoute-t-il.
Il faut rappeler que les responsables de l’Agence de Financement des Communes de Conakry ont toujours promis que les moyens nécessaires devraient être mis à la disposition des communes, pour faciliter la prise en charge de ces agents.
MLT, flashguinee.info