La nouvelle est à vos côtés.

Déguerpissement à Kipé 2 : témoignage émouvant d’une veuve, mère de 6 enfants

L’impitoyable démolition en cours à Kaporo Rails et Kipé 2, dans la commue de Ratoma, a plongé les victimes dans la désolation. Parmi ces victimes, qui se comptent par milliers, le cas de madame Mouminatou Barry est exceptionnel. Veuve et mère de sept (6) enfants, la bonne femme est aujourd’hui désemparée après le passage des bulldozers du ministre, Dr Ibrahima Kourouma.

Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, ce vendredi 15 mars 2019, madame Mouminatou Barry, refugiée chez son frère à Kissosso, est revenue sur sa mésaventure.

Depuis quelques jours, les bulldozers du ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire sont en action à Kaporo Rails et Kipé 2, des zones dites réserves foncières de l’Etat. Les populations de cette zone de Conakry ont été humiliées et chassées de leurs habitations par les autorités guinéennes sans aucune mesure d’accompagnement.

Parmi ces victimes, figure Mouminatou Barry, veuve et mère de six enfants, dont des élèves. Refugiée chez son frère à Kissosso, dans la commune de Matoto, elle ne sait plus à quel saint se vouer. « Mon feu mari avait construit des maisons pour nous à Kipé 2 vers les années 1998. Il s’agit d’un appartement de quatre chambres et salon, une douche et un magasin et un autre appartement de deux chambres et salon et une douche interne.

Vous remarquerez la tristesse dans laquelle je suis aujourd’hui. Mon mari est décédé il y a sept (7) ans, me laissant avec six enfants, dont certains sont à l’école. Aujourd’hui, mes enfants ne fréquentent plus l’école, la famille s’est éparpillée. Moi, je suis chez mon frère ici à Kissosso. Nous avons tout perdu, même nos places où nous vendions ont été détruites », a-t-elle dit, pleine de tristesse.

Devant les difficultés qu’elle connait aujourd’hui, Mouminatou Barry, très éprouvée et malade, demande l’appui des bonnes volontés. « Depuis la casse des maisons à Kipé 2, je suis très malade. J’ai subi un choc qui m’a rendu malade. Nous avons été victime d’une injustice. Nous implorons la grâce divine. Nous nous en remettons à Dieu pour l’injustice dont nous avons été victime de la part du gouvernement. Toute aide qui viendra des personnes de bonne volonté nous réjouira ».

Interrogé par notre reporter, Mamadou Dian Barry, frère ainé de madame Mouminatou Barry, a dit avoir appris avec douleur la casse du domicile de sa sœur. « Je suis un peu âgé aujourd’hui et je n’ai pas assez de moyens. Moi-même je suis en location ici à Conakry. Mais, ma sœur a eu un malheur, il est de mon obligation de la recevoir.

Nous allons manger ce que nous avons. C’est en Sierra Leone que son époux vivait, c’est de là-bas qu’il est venu construire. Il est mort, si le gouvernement n’a pas eu autre choix de venir casser leur maison, nous nous remettons au bon Dieu, seul Lui pourra effacer cette injustice », a-t-il laissé entendre.

 

guineematin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies