Déguerpissement à Conakry : « C’est de la vengeance… », selon le parti de Sidya Touré

Les autorités guinéennes sont sur une nouvelle racle de critiques de l’opposition depuis le début des opérations des emprises des différentes routes de Conakry. À l’occasion de leur assemblée générale ordinaire ce samedi 13 février, les cadres de l’UFR ont aussi haussé le ton. Les collaborateurs de Sidya Touré qui ont présidé cette rencontre déplore une opération de “vengeance ».

A l’entame, c’est le secrétaire administratif du parti qui prend la parole et qui fustige un deux poids deux mesures dans les démarches du pouvoir.

« Le littoral est vendu par des hauts cadres de l’État. Ils l’ont vendu aux Libanais, Chinois, Indiens. Tandis-que nous Guinéens, sommes en train de continuer à applaudir en disant qu’il faut laisser Alpha Condé terminer son travail », a laissé entendre Saikou Yaya Barry avant de soutenir que « ce qu’ils cassent comme ça c’est pour vendre aux particuliers ».

Le chargé de communication de la troisième force politique du pays n’est pas, lui aussi, passé par le dos de la cuillère en parlant de ces opérations de déguerpissent.

« Ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est de la vengeance. On veut faire souffrir les Guinéens, en préparant des nids de bandits à grand chemin et des chômeurs », fustige Ahmed Tidiane Sylla.

Malgré toutes ces dénonciations et critiques, les bulldozers de casser ce que l’on considère comme “les encombrants physiques » à travers la capitale guinéenne.

 

Boubacar Barry