Damaro parle de l’arrestation de Roger Bamba : « C’est sous le baobab dans la cour du palais du peuple qu’on l’a arrêté »

Dans l’émission “On refait le monde » de la radio Djoma FM lundi dernier, le président de l’Assemblée Nationale s’est exprimé sur les circonstances de l’arrestation de feu Roger Bamba, un militant de l’UFDG décédé en détention le 17 décembre dernier. Dans son allocution, Amadou Damaro Camara défend son institution qui est accusée d’être responsable de l’arrestation de ce proche de Cellou Dalein Diallo.

« Roger Bamba n’a pas été arrêté dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Nous avons des règles au parlement. Un policier ne peut pas venir juste rentrer dans un bureau pour arrêter quelqu’un », a-t-il précisé

Poursuivant, le patron de la neuvième législature a expliqué selon lui ce qui s’est réellement passé ce jour.

« Ils (les policiers Ndlr) se sont adressés au secrétaire général qui est le patron du personnel qui a fait son travail en demandant à la division des ressources humaines s’il y a un certain Roger Bamba à l’Assemblée nationale. Quand il est venu, le secrétaire général a dit à la police “vous ne pouvez pas l’arrêter”. Ils ont remis la convocation à Bamba et ils sont sortis du bureau. C’est sous le baobab dans la cour du palais du peuple qu’on l’a arrêté », a relaté Damaro Camara.

« Je ne savais pas qu’il était ici. Je sais que dans certaines de ses publications, il demandait carrément à ce qu’on prenne des armes contre le régime dictatorial d’Alpha Condé », a-t-il renchéri.

Pourtant, conclut le premier responsable du pouvoir législatif, «il était inscrit ici; il prenait son salaire, mais il était plus dans la rue pour faire de l’activisme politique ».

 

Boubacar Barry