Covid-19 en Guinée: le prix des Kits hygiéniques monte sur les marchés à Conakry

Le malheur des uns fait le bonheur des autres , dit-on souvent. En cette période de pandémie en Guinée, certains commerçants profitent pour se remplir les poches. Alors que la maladie coronavirus se propage à travers le pays, les vendeurs des kits sanitaires augmentent le prix vue l’affluence de la clientèle.

Il est 12 heures , sous un soleil ardent, des citoyens présents dans le marché de Matoto, situé dans la plus grande Commune de la capitale Conakry, cherchent à se munir des kits sanitaires pour respecter les règles d’hygiène, afin d’éviter les risques de contamination de la pandémie Covid-19. Ici, beaucoup ne parviennent pas à s’offrir des kits à cause de leurs prix qu’ils jugent  » extrêmement chers ». Un seau et son robinet se négocient entre 65 et 45 mille francs guinéens.

Mamadou Saliou Sow est venu acheter un seau et du chlore, il est obligé de revenir après, par ce que dit-il《 la somme que je possède ne peut pas avoir un kit entier, apparemment, les réalités sont pareilles dans tous les marchés de Conakry, c’est le même prix qu’on m’a dit le matin au marché Entag. À gbessia, c’est pire.》

Des vendeuses de ces kits sanitaires, ont leurs versions de fait de la situation. Pour elles, l’augmentation ne se trouve pas à leur niveau. Car disent elles :《les prix ne font qu’augmenter du jour au lendemain chez les grossistes.》

Hadja Tady Nabe, vendeuse desdits kits, vient de quitter au grand marché de Madina avec peu de marchandises.

《Je n’ai pas pu avoir la quantité voulue. Mon argent était insuffisant parce que le prix a monté. Aujourd’hui on prend un seau de 10 litres à 25 000 et le robinet à 20 000 l’unité. Donc 45 000 pour un kit de 10 litres. Le seau de 15 litres et le robinet sont à 65 000 l’unité. Avant l’arrivée de la maladie, on achetait ces robinets à 10 000 l’unité et le seau à 15 000. C’est pourquoi nous sommes obligées de revendre le petit sceau à 55 000 et le grand à 75 000 GNF 》, a-t-elle expliqué entourée de clients

Salématou Bangoura vend du chlore dans ce marché, elle déplore la flambée des prix chez les grossistes et interpelle les autorités du pays. 《Je viens de payer la douzaine du sceau à 450 000 ce matin, au lieu de 230 ou 240 000 GNF. Les protèges se vendaient à 5 000 l’unité et 200 000 le carton. Mais ce matin, le carton est à 400 000, soit l’unité à 10 000. Pour les flacons d’eau de javel, ils ont augmenté 40 000 sur le prix du carton. Le kg des grains d’eau de javel est aujourd’hui à 35 000 au lieu de 20 ou 25 000 francs guinéens. Les prix sont énormément exorbitants, mais que faire ? À chaque instant, les clients ne font que demander mais ils ne parviennent pas à acheter à cause du prix. Seul l’Etat pourra nous aider, car nous ne pouvons pas rester les bras croisées avec les enfants à notre charge.》

A noter que depuis l’apparition de la maladie en Guinée le 12 mars dernier, le pays a enregistré 22 cas confirmés dont un sorti guéri.

Said gaya,pour flashguinee.info

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies