Info d'ici et d'ailleurs

Covid-19 en France : Le gouvernement trouve « insuffisant » le couvre-feu et envisage un « confinement très serré »

 

Le porte-parole du gouvernement a annoncé, à la sortie d’un conseil de défense ce mercredi, que différents scénarios sont désormais à l’étude.

Les premiers chiffres tombent quant aux mesures mises en place depuis deux semaines en France contre le Covid-19 et le résultat n’est pas satisfaisant. Le couvre-feu instauré à 18 heures «a une efficacité relative» et «ne freine pas suffisamment» la propagation du virus du Covid-19 pour être «pleinement efficace», a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

« Différents scénarios » sont à l’étude pour faire face à la situation sanitaire et feront l’objet d’une concertation avec le Parlement et les syndicats, a-t-il ajouté à l’issue du conseil des ministres ayant suivi un conseil de défense sanitaire à l’Élysée.

Un confinement « très serré » envisagé

Un « confinement très serré » fait partie des scénarios envisagés pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, a également indiqué le porte-parole du gouvernement en faisant valoir que « des variants se développent à un rythme important ». « Nous envisageons plusieurs scénarios qui vont d’un maintien du cadre actuel avec le couvre-feu à 18 heures » que Gabriel Attal a toutefois jugé « à ce stade peu probable » « jusqu’à un confinement très serré », a-t-il expliqué.

Le président Emmanuel Macron a demandé « des analyses supplémentaires » sur ces différents scénarios avant de prendre des décisions, a précisé Gabriel Attal. Mais « le maintien du cadre actuel paraît peu probable », selon le porte-parole, qui a promis « une concertation avec le Parlement et les syndicats » dans les prochains jours. L’épidémie, a-t-il rappelé, a atteint un plateau haut, avec « une incidence qui augmente et une pression sur l’hôpital qui augmente ». Le porte-parole a également reconnu qu’il y avait « une lassitude chez beaucoup de Français » et « chez nos soignants » face à la crise sanitaire.

 

Le Point