Covid-19 : des agents de riposte menacent d’arrêter le travail s’ils n’ont pas leurs primes impayées de 5 mois

Après cinq mois de travail sans prime, les agents de la riposte de lutte contre le Covid-19 montent au créneau et exigent le payement de leur argent. Invité chez nos confrères d’espace FM ce mercredi 4 janvier 2023, le coordinateur du personnel impliqué dans la riposte contre la Covid-19 regrette cette situation. Pour lui travailler sans être payé est une exploitation.

Pour Docteur Kaba Keïta, si c’était le DG de l’ANSS qui payait leur prime, il n’allait jamais accepter de faire un mois sans la leur payer.

«Comment est-ce qu’un père de famille peut vivre cinq (5) mois sans salaire dans un pays où on parle de refondation de l’État ? Ça fait très mal. Je ne crois pas si le Premier ministre de la République de Guinée a fait cinq (5) mois sans salaire, mais un pauvre médecin dans la commune de Matoto qui prend en charge celui qui est testé positif de Covid-19 au palais du peuple, qui ne peut pas voyager jusqu’à ce qu’il soit négatif alors qu’il a payé six cent cinquante mille (650 000) francs guinéens. Ces six cent cinquante mille (650 000gnf) payés rentrent dans la caisse de l’État, mais le médecin qui le traite n’a pas de salaire depuis 5 mois. Çà, il n’y a pas d’explications, c’est de la méchanceté. Nous avons exploité toutes les pistes sans solution. Depuis le 5 septembre 2021, l’ANSS ne paye plus les travailleurs. L’ANSS est petit dans leur affaire. Si c’est l’ANSS qui payait, le DG de cette direction ne va jamais accepter qu’on fasse un mois sans salaire. C’est le ministère du budget qui part payer partout. Nous avons fait des démarches auprès du ministère de la Santé. Ils disent seulement de patienter que l’argent sera payé, mais à quand ? C’est pourquoi nous avons pris la décision de faire des dénonciations afin d’informer l’opinion nationale »

Après avoir exploité toutes les pistes sans suite. Ces agents comptent arrêter tout travail dans les jours à venir. Cela pour, dit-il,  pousser les nouvelles autorités à payer leur prime.

« La seule solution pour nous maintenant, c’est d’arrêter le travail. Je ne crois pas s’il y a un Guinéen qui dira que ces jeunes-là ne sont pas patriotes. Quand nous allons arrêter le travail, le jour que l’Etat aura la possibilité de nous donner nos primes, on commence le travail. On appelle sa prestation de services. On travaille et ils nous payent. Cinq mois, c’est déjà assez. Je ne vous dirais pas à quand est, nous allons arrêter le travail. Ils feront un petit matin que personne ne travaille là, ils feront qui fera le prélèvement des voyageurs. »

Kaba Kouyaté

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...