Info d'ici et d'ailleurs

Conakry: le FNDC menace de traduire en justice, les responsables des hôpitaux publics

Souvent accusés de rejeter les personnes blessées lors des manifestations politiques, les responsables des deux plus grands hôpitaux publics de Guinée (Ignass Deen et Donka) viennent d’être mis en demeure par le FNDC.
Lors d’une conférence de presse qu’il a animée ce mardi à Conakry, le chargé des stratégies du front national pour la défense de la constitution (FNDC) explique que des poursuites judiciaires seront désormais engagées contre toute personne qui refuserait qu’un blessé ait accès à un hôpital.

«Au nom de la coordination nationale, et qui s’adresse particulièrement aux responsables des deux hôpitaux, Dr Mohamed Awada et Mme Fatou Siké Camara, s’ils sont à la solde de monsieur Alpha Condé, que les futurs blessés et morts (on ne souhaite pas) qu’ils ne les reçoivent pas dans les hôpitaux, ils verront le FNDC de vives voix.

Nous leur demanderons que si ces hôpitaux sont une propriété privée du gouvernement actuel. Et dans les jours qui suivent, tout cas de blessé ou mort que nous constaterons non reçus, je jure, la main sur le coran, le FNDC va les traduire devant les juridictions internationales.

Parce qu’on ne peut pas se permettre dans ce pays, que des cadres véreux qui n’ont aucun respect pour leur serment, puissent se permettre de violer la déontologie médicale.

Je pense qu’il est tant ou jamais, que dans ce pays, comme ceux qui nous gouvernent ne veulent pas respecter nos textes de lois, qu’on les leur fasse respecter», a dit Sekou Koundouno.

Alpha Oumar Bah pour Flashguinee