Cellou Dalein empêché de voyager : la réaction ‘‘surprise’’ de Bah Oury

Même s’il n’a pas réagi aussitôt qu’il a l’habitude de le faire sur les faits marquants de l’actualité guinéenne, le leader de l’UDRG parle enfin du blocage de Cellou Dalein Diallo à l’aéroport international de G’Bessia-Conakry mardi dernier. Sur sa page Facebook ce vendredi 19 mars, Bah Oury relève une violation du droit constitutionnel dans cette situation.

« Le principe de la libre circulation des personnes et de leurs biens, surtout la libre circulation des personnes est un droit constitutionnel. S’il y a des aspects qui font qu’un citoyen soit, pour une raison ou pour une autre, empêché de circuler librement, il faudrait que cela s’appuie sur des faits juridiques bien établis pour que nous ne soyons pas dans un état de non droit, mais que le Droit soit l’élément essentiel qui peut nous indiquer qui a droit à quoi et qui ne l’a pas », a notifié l’ancien collaborateur du président de l’UFDG et membre de l’actuel chef de file de l’opposition guinéenne, Mamadou Sylla.

Poursuivant, Bah Oury estime qu’ «il faut que le principe du respect du Droit ainsi que de ses règles soit porté à tous les niveaux, au niveau de toutes les autorités. Qu’elles soient judiciaires ou exécutives, elles doivent se conformer à ce principe. Parce que c’est comme ça que les fondamentaux de l’Etat de droit peuvent être respectés. Il ne faudrait pas que les choses soient à géométrie variable parce que cela peut induire des attitudes discriminatoires à l’égard d’un citoyen ».

Pour rappel, aucune interdiction n’avait été notifiée au principal opposant d’Alpha Condé jusqu’à ce qu’il monte dans l’avion devant le transporter à Abidjan en Côte d’Ivoire, selon ses avocats.

 

Boubacar Barry

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies