La nouvelle est à vos côtés.

- Publicité -

CAN 2019: le Nigeria encore dans le dernier carré

PUBLICITÉ

Le Nigeria s’est imposé dans les dernières minutes face à l’Afrique du Sud ce mercredi 10 juillet au Caire. Les Super Eagles avaient ouvert le score en première période grâce à Samuel Chukwueze (27e) avant de se faire rattraper à la 72e minute avec une réalisation de Bongani Zungu. A la 89e minute, Paul Ekong permet aux hommes de Gernot Rohr d’atteindre une nouvelle fois le dernier carré.
Encore une fois, les Super Eagles sont arrivés à bon port face à l’Afrique du Sud, vainqueur surprise de l’Égypte en huitièmes de finale. Malgré leur victoire face aux Pharaons, les Bafana Bafana n’ont pas réussi à contredire les statistiques du Nigeria. En 12 confrontations entre les deux nations, le bilan reste largement en faveur des Super Eagles.

PUBLICITÉ

Désormais, après cette rencontre jouée ce mercredi 10 juillet pour le compte des quarts de finale de la CAN 2019, les Nigérians affichent 8 victoires, 4 matches nuls et 2 défaites. Le Nigeria s’était notamment imposé en demi-finale de la CAN en l’an 2000, et en phase de groupe quatre années plus tard. Rebelote dans cette édition 2019.

- Publicité -

Les Bafana Bafana y ont cru avant de s’écrouler sur la ligne d’arrivée

Si Odion Ighalo est resté muet, les Super Eagles doivent leur succès notamment au jeune Samuel Chukwueze, 20 ans. A la 27e minute, le joueur de Villarreal, en Espagne, trouve le chemin des filets aux 6 mètres après un premier tir contré par le portier sud-africain. Il s’agit de sa première réalisation sous le maillot du Nigeria.

Jusque-là, les Nigérians n’avaient rien montré de particulier, si ce n’est une frappe non cadrée signée Wilfred Ndidi qui passait au-dessus de la cage de Ronwen Williams (6e). L’autre but sera marqué en fin de rencontre par William Troost-Ekong (89e).

Bongani Zungu a marqué le but du 1-1 lors du match de sa sélection, l’Afrique du Sud, face au Nigeria.
Sumaya Hisham/Reuters
L’Afrique du Sud pensait avoir fait le plus après l’égalisation de Bongani Zungu (72e). Un but d’abord refusé, mais ensuite accordé après l’arbitrage vidéo, en vigueur dans cette CAN à partir des quarts de finale. En effet, avant de lober Daniel Akpeyi et d’égaliser, Bongani Zungu a hérité d’un ballon touché par un Nigérian, pas par un coéquipier ; il n’était donc pas en position de hors-jeu. Et grâce à lui, les Bafana Bafana pouvaient espérer une prolongation pour venir à bout des Super Eagles. C’était sans compter sur la mauvaise sortie du gardien Williams dont a su profiter Ekong au second poteau, alors qu’on jouait la 89e minute…

- Publicité -

Les Super Eagles abonnés au dernier carré

En 17 participations, les Super Eagles se sont retrouvés 14 fois dans le dernier carré. Pour cette nouvelle édition en Égypte, les hommes de Gernot Rohr sont encore en demi-finale. Mis à part la défaite face à Madagascar, le Nigeria s’impose de nouveau après le Burundi (1-0) et la Guinée (1-0) et le Cameroun (3-2).

Mondialiste en 2018 et absent des deux dernières éditions de la CAN, le Nigeria avait remporté son dernier titre continental lors de sa dernière participation en 2013, avec à la baguette le regretté Stephen Keshi, décédé en juin 2016.

Les Super Eagles sont à deux marches de lui rendre un bel hommage. A l’époque, John Obi Mikel, Ahmed Musa et Kenneth Omeruo, toujours présents, avaient soulevé la Coupe à Johannesburg. Ils se verraient bien en faire de même au Caire dans quelques jours.

LA RÉACTION DE GERNOT ROHR, SÉLECTIONNEUR DU NIGERIA :
« Notre objectif était d’aller en demi-finale. Et maintenant que l’on y est, on veut aller en finale. Ce n’était pas simple de battre l’Afrique du Sud qui a une bonne équipe et qui l’avait montré contre l’Egypte. Après l’égalisation, nous avons su trouver les ressources morales pour répondre avec le deuxième but de Paul Ekong. Nous étions bien organisés et ils ne savaient pas comment passer. Mais souvent, notre dernière passe n’était pas assez précise. Ce but est tombé comme un éclair dans un ciel bleu. Tout est possible dans le football. Ce qui compte, c’est d’avoir su réagir. Je suis heureux pour Ekong car c’est un garçon qui travaille beaucoup. Le dernier carré pour le Nigeria, c’est une tradition. Tout le pays nous soutiens. Et même les Egyptiens nous ont poussés. Mon équipe est jeune, dynamique et solidaire. C’est un bel exemple dans le football. »

flashguinee avec Rfi

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies