Blanchiment de capitaux en Guinée : La Banque Centrale passe à l’offensive !

Dans notre dernier dossier, nous avons largement parlé du blanchiment d’argent sale et du financement du terrorisme. Nous y avons dénoncé des réseaux, des méthodes et des tentatives de lutte des institutions internationales pour enrayer le mal, seulement nous n’avons pas fait cas du combat de la Banque Centrale. Ainsi, pour rester sur la même ligne, nous avons lorgné cette semaine les couloirs de la BCRG où les responsables ont accepté volontiers de parler des dispositifs mis en place par leur institution pour contrecarrer ce fléau.

Pour faire face donc au phénomène du blanchiment de capitaux, la Banque Centrale de la République de Guinée a mis en place un Comité de Lutte contre le Blanchiment de capitaux et le Financement du Terrorisme. Ce, conformément à la loi L/2006/010/AN du 24 octobre 2007, relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux en République de Guinée et à la Décision no 028/DGSIF/DSB du 13 août 2014 portant organisation du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Ce comité, selon les responsables de la BCRG, est chargé de l’élaboration de la cartographie des risques de blanchiment de capitaux. Ses activités couvrent entre autres, l’identification, l’évaluation et le suivi des risques de blanchiment de capitaux et du terrorisme afférents aux activités de la BCRG, l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre du programme LBC/FT de la BCRG incluant les politiques, les procédures et les contrôles ainsi que l’élaboration d’un programme de formation continue pour le personnel de la BCRG en collaboration bien sûr avec la Direction de la Formation et du Renforcement des capacités.

Installé donc depuis quelques temps, ce comité se réunit une fois par mois et produit à destination des autorités de la BCRG toute documentation sur les activités du dispositif interne de la lutte contre le blanchiment de capitaux.

Le champ d’application de ce comité s’applique sur l’ensemble des organes, des structures, des activités, des opérations, des clients, des stagiaires, des fournisseurs, des correspondants et du personnel de la BCRG. Il a une mission de vigilance relative à la clientèle et à toutes les transactions. Ces mesures de vigilance, à écouter les responsables de la Banque Centrale, s’appliquent à tous les clients de la BCRG autant que les personnes physiques que personnes morales incluant les nouveaux clients, les clients existants et les clients occasionnels.

Il faut noter que la BCRG est renforcée dans son combat par les entités étrangères dans la lutte contre le blanchiment de capitaux. Des entités telles que la CENTIF (cellule nationale de traitement des informations financières) ainsi que toutes autres institutions nationales et internationales.

Ce comité, aux dires des autorités de la BCRG, a mis tous les dispositifs en place pour sécuriser l’institution.

guineenews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Partages
Partagez9
Tweetez
+1