Info d'ici et d'ailleurs

Alpha Condé: « la Guinée a besoin d’une constitution qui répond aux besoins du monde actuel »

Pour doter sont pays d’une nouvelle constitution, Alpha Condé reste droit dans ses bottes et ce, en dépit de la contestation qui plonge la Guinée dans une crise multidimensionnelle.

Le président guinéen qui accordait une interview à Africanews explique que son pays a besoin d’une loi fondamentale qui répond aux aspirations du monde actuel.

« la Guinée a besoin d’une constitution qui répond aux besoins du monde actuel, qui n’a rien à avoir avec l’élections présidentielle. Pour le moment, on parle d’une nouvelle constitution qui part des insuffisances de l’actuelle constitution et de ses avancées », a expliqué dans un premier temps le locataire de sekhoutourea tout en estimant que du point de vue légalité, son projet de nouvelle constitution ne souffre d’aucun problème.

« D’abord, on ne viole pas la constitution. L’article 51 dit que le président de la république peut après avis consultatif du président de l’assemblée nationale, présenter une nouvelle constitution au peuple et la soumettre à la cour constitutionnelle pour que ça ne touche pas aux principes fondamentaux de la république. Donc au point de vu de la légalité, on ne viole rien, puisque c’est prévu par la constitution », ajoute-t-il.

En revanche, si la volonté d’Alpha Condé de changer la constitution de son pays est claire et connue de tous, son éventuel candidature pour un nouveau mandat présidentiel souffre encore d’ambiguïté. Dans cette interview d’Africanews réalisée à la présidence de la république, le chef de l’État guinéen reste évasif sur cette question qui pourtant est le nerf de la guerre.

« La légitimité est populaire, donc une fois que le peuple va s’exprimer, on aura une nouvelle constitution. Savoir maintenant qui sera candidat ou pas, dépend des parties politiques parce que c’est eux qui présentent les candidats. Dans la sous-région, beaucoup de président ont changé de constitution et il y a eu quand même certaines visions démocratiques à géométrie variable. Dans certains pays, on peut changer la constitution deux fois, trois fois quatre fois, on ne dit rien. Mais quand tu as un pays qui défend sa souveraineté, tout de suite, on se met à le dire. », a-t-il ajouté.

 

Alpha Oumar Bah pour flashguinee