Ben Youssouf assure:  » s’il y a référendum le 1 et mars, c’est fini pour l’UFDG et pour l’opposition »

Désormais à l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), la tenue d’un référendum signifie un déclin.
Ce samedi 8 février, alors qu’il s’exprimait à l’assemblée générale de son parti, le député Ben Youssouf Keïta estime que si le référendum a lieu le 1er mars, cela signifie que c’est fini pour l’UFDG et toute l’opposition.
‘’si le président de la République ne renonce pas, il trouvera le peuple de Guinée devant lui. Nous avons consenti assez de sacrifices. Ceux qui sont morts, il y a plus de 145 et plus de 100 handicapés. En leur mémoire, nous n’avons pas le droit de reculer ni le droit de dormir et renoncer à ce combat. Le 1er mars, c’est la date limite, si le 1er mars arrive et que les élections ont lieu, c’est fini pour l’UFDG, pour l’opposition et pour nous tous’’, a dit ce membre du bureau politique du parti dirigé  par Cellou Dalein Diallo.
Cette semaine le président Alpha Condé a fixé la date du référendum constitutionnel et a fixé également la date d’ouverture et de fermeture de la campagne.
Pour Ben Youssouf Keïta, si Alpha Condé renonce à cette « forfaiture », il sera accepté comme ancien président.

‘’Nous ne sommes pas contre Alpha Condé. Nous sommes contre sa politique. S’il renonce à sa forfaiture, au tripatouillage de la constitution, à son projet satanique de présidence à vie, on le respectera. Il sera parmi nous comme ancien président. Nous devons nous mettre sur pied de guerre. Il ne faut pas laisser le travail aux jeunes et aux femmes. Chacun de nous, qu’il soit député, membre du bureau exécutif ou qui qu’il soit, doit se lever et répondre à l’appel du FNDC’’, a-t-il dit.

Alpha Oumar Bah pour Flashguinee