Bavures des forces de l’ordre : le ministre Damantang annonce l’ouverture d’enquêtes.

Après qu’une vidéo montrant une femme utilisée comme bouclier humain par des policiers ait circulé sur les réseaux sociaux, le ministère de la sécurité et de la protection civile à travers une vidéo présentée ses excuses à la victime et annoncée des sanctions.

,a commencé Albert Damantang Camara, ministre de la sécurité et de la protection civile dans une vidéo postée sur la page Facebook du département.

Selon lui, Ça ne peut pas être ce qu’ils attendent de la police guinéenne et des agents de maintien de l’ordre. A cet effet d’ailleurs, une réunion s’est tenu ce matin mais ce qui en est sorti, le ministre n’en parle pas.

<< Nous avons dès ce matin sous l’égide du directeur de la police nationale convoqué une réunion.

Nous allons procéder à une enquête et je voudrais là par ma voix présenter à cette dame les excuses du département de la sécurité. Autant nous louons le travail de ces agents qui courageusement font face à leur mission dans un contexte extrêmement difficile, autant rien ne peut justifier ce type d’agissement et je veux rassurer la population que nous n’avons pas l’intention de laisser passer ça, de laisser passer ceux qui font du mal à toute la police, toute la corporation et à l’État guinéen.

Il n’est pas question de laisser passer ce genre d’agissement. Dès ce matin, nous allons revisionner toutes ces images, essayer d’en vérifier l’audio, le moment et essayer surtout de confondre ceux qui sont à l’origine de cela>>

a-t-il laissé entendre.

Aissatou Barry ,pour Flashguinee.info