Bah Oury: « L’agriculture guinéenne doit être sauvée »

Suite à l’isolement de la capitale Conakry pour limiter les risques de propagation de la pandémie coronavirus,  beaucoup régions du pays  peinent à écouler leurs produits agricoles. Face à la situation,  Bah Oury interpelle les autorités.
《Au moment où à Conakry le kg de pommes de terre est vendu à 10.000FG , cette même quantité est vendue 2 fois moins à Labé. Les produits agricoles de l’intérieur du pays pourrissent par défaut de preneurs du fait de la fermeture des frontiéres et de l’isolement de la capitale.
Les pommes de terre de Timbi-Madina, les avocats de la Guinée Forestiére sans compter les mangues et les noix d’acajou qui d’habitude sont exportés se retrouvent bloqués dans les zones de production》,  a écrit  l’opposant sur sa page Facebook
Selon Bah , il est de la responsabilité du gouvernement d’envisager des mesures pour :《l’ écoulement des productions paysannes vers les zones de consommation. Un revenu sera alors distribué  aux producteurs et une quantité de produits agricoles sera disponible pour empêcher des pénuries alimentaires.
Ne rien faire, reviendra à hypothéquer le présent et l’avenir!》
Said Gaya

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies