Convention de Simandou: Ce que dénonce le député Mamadou Baadiko Bah

La session spéciale de la nouvelle assemblée nationale a été marquée la ratification de plusieurs conventions dont celle de Simandou. Une convention à laquelle s’est opposé le député Mamadou Baadiko Bah. Ce mardi 14 juillet, sur les ondes de la radio Espace, le président de l’Union des forces démocratiques (UFD) a dévoilé les fondements de son opposition.
Cette convention est axée sur l’exploitation des gisements de minerai de fer des blocs 1 et 2 de Simandou. Selon le député Baadiko Bah, cette convention manque de crédibilité.
«Ce qu’on reproche à ce projet, ce qu’il n’est pas crédible parce qu’il n’est pas transparent. D’abord au niveau de la société opératrice, personne ne sait  qui sont les actionnaires réels de la SMB. Deuxièmement, la SMB qui est un opérateur minier en Guinée et qui a été dénoncé par Human Rights Watch  pour la destruction de l’environnement en Basse Guinée et dont nous avons demandé qu’on nous fasse le bilan pour au moins deux (2) ans 2018 et 2019», soulève t’il avant d’indiquer que jusqu’à date, ces données n’ont pas été fournies.
Mamadou Baadiko Bah évoque ensuite des approximations dans le texte ratifié. Il est indiqué dans ce document que la Guinée devoir avoir 15 milliards de dollars sur les 20 ans de contrat. 
«Sachez que les 15 milliards ne sont pas garantis», alerte le député avant de rebondir sur la réalisation d’une ligne ferroviaire de 679 kilomètres selon le gouvernement guinéen et 650 kilomètres selon la SMB. «donc, ya déjà 29 kilomètres qui ont disparus alors qu’on n’a même pas commencé», renchérit-il.
L’honorable Baadiko Bah termine à affirmant que «depuis que nous sommes colonisés par les européens, l’Afrique n’est qu’un réservoir de matières premières ramassées à vil prix. Il faut qu’on sorte du cycle colonial et neo-colonial», conclu le patron de l’UFD.
Boubacar Barry,pour flashguinee.info 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies