Affaire/Femme bouclier : le Général Ansoumane Bafoé Camara au micro de RFI, déclare « même dans une zone de rebelles, on ne peut trouver de tel comportement ».

Joint par téléphone par nos confrères de la RFI (Radio France Internationale), le Général Ansoumane Camara dit « Bafoé », toujours indigné de cet acte ignoble perpétré par les forces de maintien d’ordre, qui ont par ailleurs utilisé une mère de famille comme un bouclier humain à Wanindara, dans la haute banlieue de Conakry.

A en croire, le DG de la police s’explique en donnant sa voix qu’il fera tout pour retrouver les auteurs de cette aventure fâcheuse.

« La vidéo que nous avons vue sur la toile ne fait honneur à personne. Même dans une zone de rebelles on ne peut pas trouver de tel comportement. Quand le ministre m’a transféré la même vidéo hier, je n’ai même pas pu dormi. Connaissant les gens, j’ai dit que je ferai tout pour retrouver celui qui a fait ça. Donc ce matin, j’ai convoqué tous les commandants d’unité et tous les commissaires centraux, on a visionné, automatiquement un capitaine a été distingué et il a été arrêté », a-t-il lancé.

Plus loin, enfonce-t-il le clou : « Il répondra parce que ce qu’il a fait vient de lui. Je ne cautionne pas. L’acte que l’agent là vient de faire ne vient pas de nous, ni du ministère de la sécurité, ni du directeur général ni même de son commandant de compagnie. C’est comportement isolé. Ça servira de leçon parce que les autres se serviront de lui pour ne plus jamais faire cela ». Par ailleurs, Ansoumane Camara resté indifférent sur ce sujet, présente ses excuses à la victime et à ses parents, en ce mots.

« On est en train de rencontrer la femme. Si elle a le courage de vivement lui demander pardon. Si elle a des séquelles morales, physiques sur le plan de la santé, qu’on puisse prendre en charge.

Et qu’on soit tranquillement moralement et qu’elle sache que la police guinéenne n’est pas une telle police », avant de dire : « Je suis désolé. Le brigadier a déconné et il répondra de ces faits. Et je profite de votre micro pour demander à la femme, sa famille, son mari pour leur demander pardon en tant que directeur général de la police ».

Gilbert. T pour flashguinee.info