Les nouvelles sont à vos côtés.

Annonce d’Alpha Condé : le FNDC demande l’intervention de la CDEAO avant que le chaos ne s’installe

0

Ce vendredi 20 Décembre, au terme d’une réunion au quartier général du Front national pour la défense nationale de la constitution ‹‹ FNDC) a réagi face à la déclaration officielle du président Alpha sur sa volonté de modifier la constitution. 

Le FNDC estime que le président Condé a annoncé officiellement la décision de perpétrer le ‹’ coup d’Etat constitutionnel que le peuple n’a cessé de dénoncer tout au long de cette année en exprimant clairement son opposition à toute présidence à vie ››.

En s’engageant dans cette voie, il assure que ‹‹ le chef de l’Etat commet un parjure et perd ainsi toute légitimité’’, avant de faire remarquer qu’en ‹‹ l’absence délibérée de la Haute cour de justice pour constater ce parjure, il revient au peuple d’en tirer toutes les conséquences ››.

Il ajoute que face à la complicité dans cette forfaiture de l’assemblée nationale, dont le mandat a expiré, et de la cour constitutionnelle en crise de légitimité, ‘’cette déclaration de coup d’Etat constitutionnel ouvre la voie à une vacance des institutions’’.

A partir d’aujourd’hui, annonce-t-il, le FNDC, qui se bat sans relâche pour défendre les principes démocratiques et préserver la paix et la stabilité en Guinée et à la sous-région, appelle tous les guinéens à rester mobilisés et à faire preuve de fermeté dans toutes les actions de résistance qui seront annoncées dans les jours à venir.

Tout en disant soucieux de ne pas perturber la fête de Noël de la communauté chrétienne de Guinée, il précise le maintien de la marche pacifique du FNDC prévue le 26 décembre.

Selon M. Sanoh, la conspiration ourdie contre la constitution, la démocratie et l’Etat de droit ne fait désormais l’objet d’aucun doute. C’est pourquoi, au nom FNDC, il appelle les guinéens à suivre les mots d’ordre qui seront lancés et invite les forces de défense et de sécurité, à demeurer républicaines et à ne pas céder à la manipulation d’un pouvoir en déliquescence, en restant du côté du peuple dans sa résistance contre les oppresseurs ;

Abdourahamane Sanoh a demandé à toutes les antennes de se mettre en ordre de bataille pour empêcher toute manipulation visant à changer la Constitution de 2010, avant d’exhorter la CEDEAO et l’Union africaine (UA) à intervenir avant que le ‹‹ chaos ne s’installe ››.

La rédaction !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite