Amadou Diallo (BBC) : l’enfant de Diari revient sur son brillant parcours (interview)

Pour sa toute première grande interview après son départ de notre pays, monsieur Amadou Diallo, ancien correspondant de la BBC en Guinée, a accepté de se confier à un journaliste de Guineematin.com qui était récemment en séjour à Dakar, au Sénégal. Le célèbre journaliste a répondu à toutes nos questions, y compris sur son parcours scolaire et professionnel.

Ci-dessous, Guineematin.com propose le décryptage de la première partie de cette interview portant sur le parcours scolaire de notre confrère et le début de sa carrière de journaliste à la Radiotélévision Guinéenne (RTG).

Décryptage !

Guineematin.com : on va commencer cet entretien par parler de vous-même. Pour ceux qui ne vous connaissent pas bien, qui est Amadou Diallo ?

Amadou Diallo : c’est toujours très difficile pour moi de parler de ma personne ; mais, pour les besoins de la cause, puisque vous avez demandé, nous allons nous soumettre à l’exercice. Amadou Diallo est un guinéen qui est né en zone rurale, d’une famille très modeste. Mes parents étaient des paysans ; mais, j’en suis très fier, vraiment. Des paysans modestes, honnêtes et qui m’ont donné l’éducation à la quelle je suis vraiment fier ; ça, je puis le dire. Je suis né à Diari, une sous-préfecture de Labé. J’ai fait une partie de mes études primaires à Diari et l’autre partie, je l’ai faite à Conakry, un peu à Kipé.

Il y avait une petite école primaire à Kipé, j’ai fréquenté cette école pendant deux à trois mois ; après, je suis allé au CER de Ratoma où j’ai passé le collège et le lycée. Après le bac, je suis allé à la faculté des sciences sociales et de la nature de Donka, qui n’existe plus maintenant. C’était à l’époque de Sékou Touré. Et, à l’époque, il y avait l’université premier degré et second degré. Le premier degré, c’était après le bac, vous devez faire trois ans dans les facultés et après les trois ans, vous faites un concours d’accès à l’université second degré. Et, donc, après les trois ans à la Fasona, j’ai eu le concours, j’étais parmi les meilleurs.

Guineematin.com : c’était en quelle année ?

Amadou Diallo : c’est en 1983-1984 parce que quand Sékou Touré mourait, nous étions en 1ère année à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah. A l’époque, cette école était une école d’élites où les enseignants, les professeurs devaient être formés. Le concours était très serré, et les 10 premiers de chaque promotion en faculté des sciences sociales et de la nature ont été orientés à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah, les autres sont allés à Poly. Il y avait cette petite rivalité entre Manéah et Poly (rire).

Guineematin.com : Manéah qui était une école d’élites…

Amadou Diallo : c’était l’élite parce que Sékou Touré voulait vraiment faire des élites pour la formation des professeurs. Et donc, nous sommes allés à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah où nous sommes restés jusqu’en 1985-1986. A Manéah, il y avait l’émulation, les conditions de vie étaient difficiles parce que l’internat en Guinée, vous savez que les conditions n’étaient pas ça ; mais, la formation était excellente. Il y avait des grands professeurs. Déjà, à la Fasona, on avait des bons professeurs ; et, à Manéah, on a trouvé aussi des grands professeurs. Parmi les professeurs qui m’ont enseigné je me souviens de certains. Je me souviens du professeur Ninguélandé Diallo qui est un excellent professeur de philosophie et de psychologie. Je me souviens d’Ibrahima II Barry, c’est un excellent professeur de Sociologie, de Philosophie et de Psychologie. Je me souviens de monsieur Malick Kouyaté qui était un ami de Ninguélandé qui était aussi un excellent professeur de Philosophie, de monsieur Taran Diallo qui est l’actuel maire de Ratoma, un excellent professeur de Philosophie. Ça, c’était à la Fasona. Lorsqu’on a rencontré ces professeurs, nous sommes rentrés dire à nos parents qu’on ne savait pas que la Guinée a des savants, tellement qu’ils étaient brillants. Je vous le dis franchement.

Lorsqu’on est rentré à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah, non seulement on avait des bons professeurs comme monsieur Mamadou Oularé qui est décédé (paix à son âme). Il m’a enseigné en philosophie africaine. Je ne sais pas dans nos universités actuellement si on enseigne la Philosophie africaine ; mais, c’était un excellent professeur. Il y a Ibrahima Sory Traoré qui sera nommé par après comme ambassadeur. Donc, nous avons pu bénéficier de l’apport de tous ces bons professeurs.

Guineematin.com : vous étiez avec des amis à l’université. Vous vous rappelez de quelques-uns d’entre eux ?

Amadou Diallo : oui ! J’ai fait la même classe à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah avec Ben Daouda Sylla, Alpha Kabinet Doumbouya, Nestor Sovogui qui est actuellement au ministère de l’information, Alhassane Mohamed Diakité qui est à la RTG. Nous étions très nombreux qui avons, après la formation, migré à la RTG.

Guineematin.com : vous avez refusé donc d’enseigner alors que vous étiez formés comme enseignants ?

Amadou Diallo : j’ai été formé pour enseigner ; mais, le micro aussi c’est un enseignement. Je voulais bien enseigner ; mais, je pense que mon destin c’était le micro.

Guineematin.com : comment ça s’est passé pour vous après Manéah ?

Amadou Diallo : après Manéah, directement, j’ai cherché et obtenu un stage à la RTG parce qu’il n’y avait pas de radios privées. Donc, si vous voulez être journaliste, il faut forcément passer par la RTG ; mais, ce n’était pas facile d’obtenir un stage à la RTG. Il y avait beaucoup d’hostilités. Les anciens qui étaient là-bas ne voulaient pas voir les nouveaux. Ça a été très difficile.

Guineematin.com : l’insertion ou bien l’arrivée même ?

Amadou Diallo : l’arrivée était plus difficile que l’insertion. En fait, les anciens qui étaient à la RTG étaient très hostiles aux nouveaux qui venaient notamment de l’université.

Guineematin.com : pour avoir votre stage, vous avez appelé des grands à vous ou bien vous êtes allés frapper à la porte d’entrée ?

Amadou Diallo : (rire). Quel grand ? Je n’en ai jamais eu dans ma vie.

Guineematin.com : c’est un parent alors qui vous a appuyé ?

Amadou Diallo : non ! Pas de parent. Je vous ai dit que je suis issu d’une famille paysanne, modeste, honnête et digne ; mais où est-ce que je pouvais puiser des bras longs ? Non ! Je n’en ai jamais eu.

Guineematin.com : On arrivera peut-être à la vie professionnelle que vous avez eue, mais vous avez parlé de la qualité de l’éducation de la famille, de l’école notamment de Manéah, que vous avez qualifiée de très bonne.

Amadou Diallo : une très bonne école. Je suis vraiment meurtri depuis qu’on a « tué » l’école de Manéah, honnêtement, je trouve que ce n’était pas bien. La plupart des pays qui nous environnent, ils ont encore des Ecoles normales supérieures.

Guineematin.com : vous êtes réputé être un intellectuel de qualité, un journaliste professionnel que beaucoup estiment irréprochable. Vous avez été fabriqué, à votre avis, par les parents ou par l’école de Manéah ?

Amadou Diallo : les deux. J’ai été fabriqué d’abord par mes parents. Je vous ai dit que j’ai suivi une éducation traditionnelle qui était assez rigoureuse et je m’en félicite aujourd’hui. Et puis, déjà enfant, on était habitué à travailler dur : le champ, les bétails, la rivière pour puiser de l’eau, aller chercher des bois morts, aller accompagner les parents au champ, les clôtures… Dès le départ, je me suis habitué à travailler dur. A l’époque, je disais pourquoi me faire travailler autant ; mais, après, j’ai compris qu’il le fallait. Cela faisait partie de la formation de la personnalité parce que vous avez vu, la formation c’était à l’internat. C’était inqualifiable.

Guineematin.com : vous n’étiez pas gâtés vous les étudiants à l’internat ?

Amadou Diallo : pas du tout. Il fallait un apport supplémentaire des parents pour ceux qui en avaient à Conakry pour supporter le coût. L’alimentation était tellement difficile, il y avait une sauce qu’on appelait « trouve-moi au fond » parce qu’en dessus, vous ne voyez rien. C’est quand vous plongez la main à l’intérieur, vous trouvez de l’eau parce que c’est un peu de l’eau. Donc, les conditions de vie étaient très difficiles et la plupart d’entre nous vivaient des mangues, parce que tout autour de Manéah, il y avait des mangues. La saison des mangues, c’est ce qui nous sauvait. En tout cas, personnellement, avec ces mangues, j’en ai beaucoup profité. Je remercie beaucoup les populations de Manéah pour ça.

Donc, de ce point de vue, je dis que c’est d’abord la famille qui m’a forgé et la Fasona où j’ai rencontré des professeurs pour lesquels j’ai beaucoup de respect. Je remercie ces professeurs. Parmi eux, je sais qu’il y a des vivants comme Ibrahima II Barry, Ninguélandé Diallo, Malick Kouyaté (qui doit être aux Etats-Uni. Je profite de cette interview pour leur dire merci. Donc, la formation, c’est la famille, c’est l’école, la Fasona et Manéah.

Guineematin.com : vous arrivez donc à la RTG malgré les difficultés, vous arrivez à vous imposer et même à aller au-delà.

Amadou Diallo : oui ! Parce que dès au départ, moi, je suis habitué à lutter parce que je vous dis qu’à la RTG, lorsque je venais une fois je pouvais faire deux mois sans y revenir, étant donné l’hostilité. Quand je viens dans les salles de rédaction, je salue, les gens lèvent les yeux, personne ne répond, ils continuent leur travail. Intimidé, je ressortais. La seule personne qui répondait à un salut à l’époque, c’était le rédacteur en chef, Alpha Kabinet Kéïta (Paix à son âme). Il avait été DG de la RTG et c’était une personne extraordinaire, je partais dans son bureau pour le saluer. Parfois, je venais, trempé, mouillé parce que vous connaissez les pluies de Conakry, sans le transport. Lui, je venais le saluer et lui il répondait dans son bureau avec gentillesse ; et puis, les autres, dans les salles de rédaction, ils ne vous répondaient pas quand vous êtes nouveau.

Guineematin.com : donc, l’hostilité était vraiment là ?

Amadou Diallo : l’hostilité était là. C’est pourquoi, quand je sortais de là, je pouvais faire un mois sans revenir. Mais, puisque je tenais à devenir journaliste, je revenais toujours. Un jour, j’ai pris mon courage en main, j’ai trouvé le directeur de la radio, c’était Cheick Fantamady Condé (que beaucoup connaissent. C’est un excellent reporter sportif), j’ai dit monsieur le directeur, j’ai obtenu un stage chez vous ; mais, depuis que je suis arrivé, personne ne s’occupe de moi, j’ai même du mal à fréquenter l’établissement. J’ai dit que personne ne s’occupe de moi. Il m’a dit : ‘’d’où venez-vous’’, j’ai dit que je viens de l’Ecole normale supérieure, je vous montre le papier que l’école m’avait donné pour solliciter le stage. Evidemment, il a annoté pour le studio école qui n’existait que de nom. Ce studio était géré par un excellent journaliste pour lequel j’ai une grande admiration et auquel je rends un vibrant hommage : c’est Odilon Théa. C’est lui qui m’a appris le B.a.-ba du journalisme. Je lui dis merci. Il est âgé, mais il est toujours vivant et actif. C’est comme ça que c’est parti. Mais, au studio école, Odilon Théa était de très bonne foi, il a une bonne formation et il fait partie de la première génération des journalistes formés en Suisse. Donc, il a les outils pour ça, mais il n’avait pas le matériel, il n’y avait même pas de salle. Donc, j’étais avec d’autres journalistes qui sont venus aussi de Manéah, comme Ibrahim Ahmed Barry, Hawa Touré…

Guineematin.com : ils sont venus après vous ?

Amadou Diallo : non ! Ibrahima Ahmed Barry, lui, on a commencé ensemble. Il est venu de Manéah aussi, et même Fodé Tass Sylla, on a commencé ensemble au studio école. Donc, il y avait un petit groupe, Odilon Théa s’occupait de nous parfois dans la salle de conférence du ministère, et c’est comme ça que c’est parti. On a fait un bon temps avec lui ; et, après il a dit : ‘’voilà, moi j’ai fait ce que je pouvais faire’’. Il a fait des attestations et on devait partir dans les salles de rédaction. Chacun est parti et nous avons commencé petit à petit. Donc, je n’ai jamais fait une école de journalisme. J’ai une formation universitaire que j’estime bonne, mais je n’ai jamais fait une école de journalisme. L’école de journalisme que j’ai fréquentée, c’est le studio école de la RTG ; c’est beaucoup de formations avec RFI sur des reportages, des magazines, des interviews, etc. Tout ça, c’est quand j’étais à la RTG et plus tard, j’ai fait des formations avec la BBC ; mais aussi, j’ai beaucoup lu des livres de journalisme.

Donc, pour la théorie, j’ai beaucoup lu les livres sur le journalisme et pour la pratique, j’ai commencé par la RTG. Moi, j’ai une formation de Philosophe. A l’université, j’ai fait philosophie. J’aurais pu enseigner la Philosophie, mais le destin a voulu que je pratique le journalisme. Donc, j’ai un esprit indépendant, critique, libre. Même à la RTG, je n’ai jamais accepté de faire un éditorial. J’étais même de ceux qui étaient opposés aux éditoriaux parce qu’à l’époque, à la RTG, on avait un groupe qui était opposé à ce genre de pratiques. Nous avons même voulu révolutionner la RTG. A un moment donné, on a même révolutionné la RTG. Au début des années 1990, 1991, 1992 et 1993, on a révolutionné la RTG…

Guineematin.com : comment ?

Amadou Diallo : en étant critiques, indépendants. Nous, nous sortions de l’université. Et à l’université, je ne sais pas comment ça fonctionne maintenant ; mais, à l’université, c’est l’indépendance. Et donc, on est venu à la RTG avec l’esprit des universitaires qui discutent, qui contestent et qui donnent leurs points de vue. Donc, lorsque nous avons eu les armes qu’il fallait pour travailler à la RTG, lorsqu’avec nos aînés que nous avons trouvés, les Lamine Dia, les Boubacar Yacine Diallo, Mamadouba Diabaté, Abdourahmane Diallo, Saran Touré, Madina Bâ, Fodé Bouya Fofana, etc., lorsqu’on est venu les trouver, on a eu les premières armes, on a voulu apporter notre contribution, un changement à la RTG. Et, j’avoue que ce changement, à un moment donné, on l’avait apporté parce qu’à un moment donné, avec le concours de circonstances, dans les années 1990, il y a eu les journées de l’information en Guinée.

C’est le régime qui avait organisé ces journées et qui avait invité des journalistes venus de part et d’autre : de l’’Europe, de l’Afrique. C’était à cette occasion que j’ai vu pour la première fois Siradiou Diallo (paix à son âme) parce qu’il avait été invité. C’était le régime du CMRN (Comité Militaire de Redressement National). Le régime de Sékou Touré était déjà mort, renversé par le CMRN dirigé par les militaires qui ont organisé dans les années 1990, les journées de l’information. C’était des journées de critique, c’était pour faire le point sur le fonctionnement des médias d’Etat parce qu’il n’y avait pas de radios privées.

Guineematin.com : faire l’état des lieux pour dégager des perspectives ?

Amadou Diallo : oui, faire l’état des lieux pour dégager ses perspectives. Et, c’est ce concours de circonstances qui nous a aidé.

Guineematin.com : cela vous a renforcé dans votre conviction ?

Amadou Diallo : notre conviction, était qu’il fallait foncer pour apporter des changements. Et, honnêtement, nous nous sommes lancés dedans. On critiquait le régime, le fonctionnement des départements. Nous faisions des enquêtes parce que celui qui nous a donné le goût d’aller au bout de ces enquêtes, c’est Boubacar Yacine Diallo qui était le seul à l’époque à faire des enquêtes et qui était aussi indépendant d’esprit.

Guineematin.com : Yacine était donc indépendant ?

Amadou Diallo : il était très indépendant d’esprit au point que lorsqu’il est devenu rédacteur en chef, il a interdit au DG de la RTG de mettre les pieds à la rédaction et il lui a dit : ‘’si vous voulez interpeller un journaliste, c’est moi que vous devez interpeller. Vous n’avez rien à avoir avec les journalistes’’. C’était quelqu’un d’assez indépendant et qui assumait aussi. Donc, la RTG m’a apporté une contribution et les choses étant ce qu’elles étaient, lorsqu’on nous a envoyé un ministre qui était policier et que tout le monde craignait, qui était très puissant à l’époque, vous avez entendu parler d’Ervé Vincent Bangoura, lorsqu’il a été nommé comme ministre de l’information, ça a été un ras-le-bol à la RTG. Tout le monde a crié : on nous a envoyé un policier, c’est pour nous assiéger, on ne peut plus travailler librement. Et, ça a été tout à fait le contraire. La RTG n’a jamais été autant libre que du temps d’Ervé Vincent Bangoura (paix à son âme aussi). Evidemment, la révolution dont je vous parlais était déjà en marche. Il a trouvé cette révolution en marche, il ne l’a pas freinée.

Guineematin.com : il a laissé la dynamique continuer ?

Amadou Diallo : il a laissé la dynamique continuer et lui-même, dans les reportages, les enquêtes qu’on faisait, on l’égratignait. Il ne réagissait pas. Et, lorsque ses collègues ministres, à travers nos reportages, venaient se plaindre, il disait que ce n’est pas la peine de réagir.

Guineematin.com : il vous arrivait réellement d’attaquer les ministres, mener des enquêtes sur des affaires qui les accablent ?

Amadou Diallo : absolument !

Guineematin.com : et les révélations étaient diffusées à la RTG ?

Amadou Diallo : bien sûr ! On faisait des révélations qu’on diffusait, parce qu’il y avait une section Enquête que Yacine avait créée et que je dirigeais finalement, à laquelle d’ailleurs, appartenaient Abdoulaye Djibril Diallo, Georges Kantabadouno qui est parti en Europe, et puis d’autres. On faisait des enquêtes et les autres collègues de la rédaction qui avaient des sujets venaient nous les soumettre et nous leur donnions le quitus pour sortir et mener leurs enquêtes. Le fonctionnement des départements était passé aux crible au point que je vais vous dire, vous n’allez pas me croire, j’avais des piles de documents que les auditeurs nous ont envoyés. Des auditeurs qui avaient des problèmes avec X ou Y, ils venaient à la RTG.

Guineematin.com : parce qu’ils savaient que vous alliez fouiner ?

Amadou Diallo : absolument ! Ils venaient avec les documents ; et, nous, on s’en saisissait pour faire nos enquêtes. Et, lorsque les ministres étaient égratignés ou cités dans les dossiers, ils n’étaient pas habitués à ça, ils venaient se plaindre chez Ervé Vincent Bangoura. Celui-ci leur disait toujours que ce n’est pas la peine de réagir parce que si vous réagissez, les journalistes auront toujours le dernier mot. Ils ont des choses certainement qu’ils n’ont pas révélées. Si vous réagissez, vous les pousser à faire d’autres révélations. Et, les ministres partaient tranquillement sans réagir. A l’époque, lorsque la RTG tapait à la porte d’un département ministériel, je vous le jure, il ne perdait pas du temps au salon. On ouvrait les portes assez vite.

Guineematin.com : est-ce qu’il arrivait aussi qu’on vienne négocier ? On a trouvé un truc, mais contre des espèces sonnantes et trébuchantes, on lâche prise ?

Amadou Diallo : ce n’est pas possible ! Je ne sais pas si ça se fait maintenant. Mais, à l’époque, ce n’était pas possible. La dynamique qui avait été enclenchée, le professionnalisme avec lequel on travaillait ne permettaient pas ce genre de choses à l’époque. Je ne sais pas comment ça fonctionne maintenant à la RTG. Il y a un peu longtemps que j’ai quitté, donc, je ne peux pas me prononcer par rapport au fonctionnement actuel de la RTG ; mais, à l’époque, il y avait de la crédibilité, des jeunes fraîchement sortis de l’Ecole supérieure de Manéah qui étaient arrivés en vague à la RTG et qui ont voulu apporter un changement, qui ont bénéficié certes de concours de circonstances, mais qui ont apporté leur contribution à la marche des médias d’Etat de notre pays.

A suivre !

Interview réalisée par Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Partages
Partagez2
Tweetez
+1