Accusé de trafic de drogue, le général Baffoé se défend : « Je ne sais même pas comment distinguer la cocaïne de la farine… »

C’est l’autre sujet qui défraie actuellement la chronique. Les autorités guinéennes ont engagé une vaste opération de démantèlement des réseaux de vente et de distribution de la drogue. Plusieurs personnes ont été appréhendées dont des agents des services de sécurité. Et pire, le Directeur Général de la police est aussi accusé d’être mêlé dans cette sale affaire. En tournée à l’intérieur du pays, Général Ansoumane Bafoé Camara répond à ses détracteurs.

Après Beyla, dans N’zérékoré, le patron de la police était, ce mardi 16 février, au commissariat central de Kankan où il a fait une escale pour, dit-il, constater les conditions de travail des agents et officiers de police à l’intérieur du pays. Général Baffoé saisi l’occasion de sa prise de parole pour évoquer les accusations contre sa personne dans l’affaire de drogue.

« Certains disent même que je suis en fuite. Quand l’affaire a éclaté, c’est moi qui ai demandé au ministre d’orienter l’enquête à la DPJ. Ils sont assis en France et ils racontent du n’importe quoi. Je suis dans les opérations depuis le régime de Lansana Conté en tant que commandant de compagnie. La drogue a circulé, pendant ce régime plus que maintenant. La CMIS a été une fois même attaquée parce qu’il y avait de la drogue. Dieu m’a tout donné sauf la drogue. Je ne sais même pas comment distinguer la cocaïne de la farine ou de la poudre de manioc », s’est-il défendu dans ces propos relayés par nos confrères de Guineenews.

Sur la question de l’insécurité qui bat son plein à travers le pays, Ansoumane Bafoé Camara annonce la création des unités spéciales de lutte contre la criminalité, des unités d’intervention et d’infiltration des réseaux de banditisme.

 

Boubacar Barry