A qui profite le glissement du calendrier électoral en cours ? Au pouvoir ou à l’opposition ?(Par Marouane Dinguiraye)

En bon animal politique, le Président Alpha Condé sort enfin son plan probable devant lui permettre de conserver le pouvoir hors mandat légal au lendemain du 21 décembre 2020.
Face à une constitution verrouillée contenant des articles inchangeables et l’impossibilité d’en avoir une autre par le référendum, le Chef de l’État guinéen veut garder aussi longtemps possible son fauteuil.Mais comment ? La manœuvre, consistera à faire glisser le calendrier électoral, en manipulant le fichier et maintenir le pays dans l’immobilisme.
A l’image de Mobutu du Congo en 1991, de Laurent Gbagbo de la Côte d’Ivoire en 2005 et de Joseph Kabila en 2016, le sortant guinéen adopte le même scénario pour se maintenir en toute intelligence. Alpha Condé ne briguera pas un troisième mandat. Mais, il ne partira pas comme prévu.
Face aux jeux de pièges et aux pièges du jeu, l’opposition tombe dans le guet-apens du très vieux renard politique.

À défaut d’un nouveau mandat, Alpha Condé s’offre une prolongation de vie au pouvoir.
Le piège du génie politique
C’est une opposition impuissante qui s’est retrouvée face à un adversaire redoutable et politiquement très fort.
Alpha a mis ses opposants devant une situation à équation politique incertaine. L’alternance démocratique en décembre 2020.
D’abord, c’est l’homme politique Alpha Condé qui a tracé le jeu et ses règles avec une CENI et des adversaires qu’il manipule à souhait.
Ensuite, le malheur des opposants est que le destin présidentiel du plus grand nombre dépendra de sa volonté et de sa bonne foi.
Le fichier électoral, l’arme du Président
Si l’opposition exige son assainissement (fichier) comme préalable pour aller à toute élection, signifie qu’elle est favorable à tout glissement de calendrier électoral avec pour conséquence immédiate le glissement de mandat présidentiel. C’est d’où, l’impossibilité de faire les omelettes sans casser des œufs.
L’opposition veut vider tout le contentieux lié aux communales dernières avant de parler des législatives. La CENI en sa qualité de juge dit que cette demande est irrecevable et ne dispose d’aucun élement d’appréciation pour trancher. Que faut-il faire, tourner la page ou exiger l’application du contenu des accords derniers sur les communales ?
C’est une perte de temps à mon humble avis. Le mieux serait de concentrer les efforts sur l’avenir que sur le passé qui n’a pas d’incident majeur. On ne peut pas suivre deux lièvres à la fois.
L’opposition se trompe de priorité et se focalise sur des détails. Vaut mieux de perdre les chefs de quartiers et autres que de perdre le contrôle de l’Assemblée Nationale. Entre deux maux, il faut choisir le moindre.
Comment faire échec au projet du mandat glissant
La solution miracle, c’est le FNDC ou le peuple. Il est le détenteur exclusif de la souveraineté. La volonté du peuple, c’est la volonté de Dieu.
Notre Opposition est dans un véritable dilemme et elle s’en mêle les pinceaux. Elle risque de s’en mordre les doigts si elle ne fixe pas sa lutte dans le temps et dans l’espace.
Chers opposants, la montre tourne contre vous.Et dites toute la vérité avec moi que ça glisse.
Ne vous perdez pas, ça glisse !