Guinée : La marche de ce jeudi rapproche Cellou Dalein et Bah Oury - Flashguinee

Guinée : La marche de ce jeudi rapproche Cellou Dalein et Bah Oury

2 weeks ago

Conakry, Guinée : Apres sa mésaventure Dakaroise, Bah Oury le Vice-président éjecté de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) était présent dans la foule ce jeudi 07 Novembre pour afficher son opposition à un changement constitutionnel en Guinée.

Côte à Côte avec son ancien président Cellou Dalein, les deux hommes se sont jetés un regard aimable, chacun sur son véhicule.

Les frères ennemis sur le terrain de combat

Cette image fait tache d’huile car les deux responsables politiques ne conjuguent point le même verbe depuis plusieurs années.

Dans la marée humaine, le correspondant de Guinéetime.com a cherché à comprendre les raisons qui prévalent au rapprochement entre le FNDC et Bah Oury.

« C’est la marche de l’Histoire et il faut être en phase avec la marche de l’Histoire. Nous avons combattus depuis de années et des années pour la démocratie pour notre pays, elle reste inachevée. Aujourd’hui, il y a une nouvelle force qui se lève, il faut être en phase avec elle pour commémorer la mémoire des victimes qui sont tombées et en même temps, aiguiser le renoncement à ce projet constitutionnel et en dernière lieu, réclamer la libération de tous les détenus politiques arrêtés ces dernières semaines(…) » nous a confié Bah Oury.

Pour lui, son combat n’a pas commencé par le FNDC.

« En ce qui concerne le changement de la constitution, je n’ai pas attendu aujourd’hui pour le manifester, pour dire non. Il faut conforter la démocratie, avec le FNDC, les premières manifestations, on n’avait pas la même lecture de l’appréciation de la situation entre temps, beaucoup de choses se sont passées. Des vies sont tombées, des mouvements ont été organisés, j’ai été à Dakar et aujourd’hui je suis à Conakry pour saluer la mémoire des victimes. Pour montrer l’expression de ma solidarité et de mon implication pour qu’il n’y ait pas de changement constitutionnel en Guinée et que les détenus puissent être libérés, ’Amoulanfé’’ » scande le fondateur de l’UFDG.

L’ancien ministre de la réconciliation nationale parlant de sa mésaventure dakaroise où il a failli être pris à partie par des manifestants, le leader de l’Union pour la Démocratie et le Développement souligne que cet acte n’a pas d’importance.

« C’est de la bêtise et à la bêtise, il faut montrer certaines indifférences ».

. Moise Rama Fils

Read Entire Article
Flashguinee.info n'est pas responsable du contenu de sites externes